Amphipolis.gr | LES DERNIÈRES MERES ALEXANDROU ET PERSONNES DE LA TAFIS MYSTÈRE

LES DERNIÈRES MERES ALEXANDROU ET PERSONNES DE LA TAFIS MYSTÈRE

Écrit par Chris BarmpagiannidisEna des plus grands mystères de l'histoire, affligeant jusqu'à nos jours la, toutes sortes, chercheurs, Il est la fin soudaine d'Alexandre le Grand et l'aventure du corps. Les hypothèses et les estimations donnent et prennent à travers les siècles, cependant pas clair, réponse finale et absolument convaincante que nous avons dans nos mains. Dans ce perpétuel tourbillon des affaires, le moins qu'on puisse faire est, allié avec les sources les plus fiables, pour reconstruire le tragique de ces événements et de laisser tout le monde aller à leurs propres jugements. Le dernier plan d'affaires connu d'Alexandre était la campagne en Arabie, qui est passé un peu parapiso, en raison de la mort soudaine de Hephaistion. Ο Αλέξανδρος, il a commis un héros funéraire majestueux l'ami d'enfance à Babylone, ces jours ont été écrasés et découragés, mais il a participé au sacrifice pour le départ imminent en Arabie.nous sommes sur 28 mai 323p.Ch. Ce soir-là, il a quitté ses proches collaborateurs du dîner, il avait accueilli la, un partenaire Thessalos, le Midios, Il l'a invité à sa maison. Le Midios était cher et aimable Alexander et en fait l'humeur. Ensuite, il est retourné STOU Midiou et buvait trop. Turned malaise au palais, Elle baigne et alla se coucher avec un haut pyreto.To matin du 31 mai, Il se sentait pire. Toutes les sensations fortes et d'aventures de ces dernières années, colloques consécutifs, Ils avaient été affaiblis. En effet, il a été emmené à son lit à l'autel pour le sacrifice quotidien du matin. mensonge, Il a invité les chefs de l'armée et a donné des ordres pour la campagne va commencer dans 4 Juin. Le soir, ils le portent sur le lit de l'Euphrate et du bateau se sont dirigés vers le grand jardin qui dominait il. ayant de la fièvre et des frissons Baigné. Ensuite, il est resté dans sa chambre, en compagnie de Midio, il faisait le plaisir. Bien que, la fièvre ne tombe pas.

À 2 Juin a demandé Nearchos être reportée pour une campagne de jour de peur que rencontrent. Néarque a été dit du voyage de l'océan (Indien) et Alexander plaisanté en disant que avant longtemps qu'il vivrait et que de telles aventures. À 3 Juin sacrifié et a appelé les chefs de la marine, en leur demandant d'avoir tout soit prêt pour le départ imminent en deux jours. Bien que, la fièvre et l'inconfort ont continué à lui et les deux prochains jours payer. À 5 Juin a invité tous les généraux dans les palais. Ils ont reconnu tous, mais ne pouvait plus parler. Pendant ce temps, tout au long de Babylone a appris le fait de la maladie et les soldats macédoniens blottis dans le palais pour voir leur roi. Ils craignaient qu'il était déjà mort, alors qu'ils pleurent et ont menacé d'ouvrir la porte. Par la suite, La porte ouverte et l'un derrière l'autre est allé à son lit. Alexander a levé avec difficulté sa tête et mordit sa main droite et agitait son regard vers ses anciens camarades. À 9 Juin, les généraux Peithon, Peucestas et Séleucus, Serapeion est allé au temple pour demander ce qui était le mieux à faire, pour rester dans le palais ou pour transférer ailleurs. Le "Dieu" leur a donné leur réponse: "Il Séjourner, mieux serait ". Et le lendemain, à 10 Juin, Alexander est mort. Wailing et lamentation fait l'écho des salles chaotiques de palais. Puis le silence est tombé. Il se noya toute pensée ce qui se passerait maintenant. Tous Babylon a été trouvé devant le palais et l'avenir semblait sombre et sinistre. Exactement de ce moment et pendant quarante ans ou commence la célèbre histoire d'aventure de ses successeurs!Il a dit qu'il a donné son anneau, peu de temps avant sa mort, la plus ancienne des sept gardes du corps, Perdiccas, pour sceller les documents officiels, mais il est douteux que nommé successeur. Alexander sternum ces moments, ne pouvait parler, ni eu la clarté mentale pour rendre une telle décision importante. Le point est que, dès le premier jour de la mort d'émeutes entre les unités militaires des Macédoniens, jusqu'à survenue, après un certain temps, un compromis, fragile comme le prouve: son demi-frère Alexandre et mentalement instable (pour le mettre élégamment), Philip Arrideus et l'enfant à naître (s'il était un garçon), Ils ont défini comme Kings immense état plus macédonien.

Alexander G. "Macedon ou Alexandre le Grand, roi de Macédoine. Statue sur la plage de Thessalonique

Selon Diodore, Alexander avait écrit dans les mémoires de cinq projets, qui ont été rejetés comme coûteux et irréaliste par le conseil des généraux. Le plus important est la construction d'un millier de navires de guerre pour la campagne dans l'Ouest. La seconde était la construction de six grandes églises: en l'honneur de Zeus à Dion, Artemis Amphipolis, Athena Cyrrhus (entre Pella et Edessa, au sud du village Aravissos), Delos, Dodona et Delphi. Le troisième projet parlait la mise en place d'un gigantesque bûcher à Babylone, à un coût de beaucoup de talents, pour honorer la mémoire de Hephaestion. Le quatrième projet comprenait la construction d'une pyramide, et supérieures à celles de l'Egypte, en l'honneur de son père, Philip. Ce dernier a été conçu les échanges et les mouvements de population entre l'Europe et l'Asie, pour réaliser ce mélange, comme Alexander prévu, entre l'Est et l'Ouest. Cependant, Arrien, qui est la source la plus fiable, il a attiré des notes de Ptolémée et Aristobule, qui ont vécu ces événements à côté d'Alexander, écrit: "Personnellement, Je ne peux pas dire avec précision quels plans avait Alexander, ni intéresse-moi deviner. Mais ce qui me semble que je demande est que Alexander n'avait rien petite ou insignifiante à l'esprit· ni resterait calme dans les zones qui avaient déjà conquis, même si vous ajoutez l'Europe à l'Asie et les îles britanniques. Maintes et d'entre eux, On vous demandera de trouver quelque chose encore inconnue, erizontas pas avec quelqu'un d'autre, mais avec lui-même ". Arrien, (G):1 mais qu'est-ce,et ce qu'il avait à l'esprit, Le point est que rien ne réussit pas. Le cas ou la classe qu'Alexandre a été tué par le poison - une faible dose de strychnine cadrerait avec les symptômes - était inévitable. En effet, le « royaume » Journaux, des documents officiels de l'Etat, Ils ont publié un document qui contredit cette. Cependant, nous ne pouvons pas exclure. Peut-être que certains grands Macédoniens avaient pas d'autre moyen d'arrêter exorientalistiki mégalomanie, qui l'avait fait très lointaine. Maintenant, en ce qui concerne la spéculation qu'il est mort des maladies de la syphilis (La vue la plus répandue kafeneiaki) ou la typhoïde ou quelque chose d'autre inconnu, nous ne pouvons pas adopter le, ni certainement rejeter.

Le sort du cadavre est un mystère non résolu. Son corps était, après taricheftike, Il est resté près de deux ans dans un pavillon de luxe à Babylone, qui était un lieu de pèlerinage pour des milliers de ressortissants. Ensuite, il a été décidé d'être rapatriée en Macédoine, être enterré dans le vieux cimetière royal à Aigai. Bien que, y bord de la route, volé le nouveau satrape d'Egypte, Ptolémée de Lagos, l'un des compagnons de camarade de classe de l'enfance Alexandre et les enseignements d'Aristote, en Mieza, qui a été élevé au rang de maréchal du nouvel empire d'Alexandre. Ptolémée premier enterré les restes à Memphis, l'ancienne capitale des Pharaons. Par la suite, portant le cadavre dans son propre capital, ΤΗΝ ΑΛΕΞΆΝΔΡΕΙΑ, où le 306p.Ch. Il a régné comme roi d'Egypte. Le mausolée brillant et tombe encore conservés au moment d'Octave Auguste, le premier empereur romain (29par exemple. - 14m.Ch.). Il y a des rapports ultérieurs donnent à penser que l'endroit où il se trouvait était encore connu. Sur l'Antiquité tardive (A propos de 3om.Ch. siècle.) puis disparu sans laisser de trace. C'est pourquoi, Selon les témoignages sources, cadavre est resté deux ans à Babylone et après le vol par Ptolémée, Il a donné lieu à un imposant monument à Alexandrie. Ces rapports sont que nous avons plus formel entre nos mains. La mère d'Alexandre, l'Olympiade de ressources, Elle était convaincue que son fils a été assassiné et avait juré qui apporterait le cadavre en Macédoine. At-il essayé quelque chose et échoué; Mais encore une fois, sachant mégalomanie et l'autoritarisme, ainsi enterré en secret et « brusquement », sans fanfare, son fils, le conquérant du monde; Les sources ne font allusion même pas à quelque chose. Quelque chose a été écrit pour l'enterrement du plus grand roi du monde! Est-ce que le prochain roi de Macédoine, l'Kassandros habile et impitoyable, Il a transféré le corps à la patrie; improbable! Tout d'abord, parce Cassander avec les Jeux Olympiques haïssait mortellement. Deuxièmement, s'ils ont apporté son corps en Macédoine, Il serait grand avantage, principalement moral et psychologique, pour Alexander D., son fils Alexandre le Grand, qui a été mis de côté en captivité d'honneur avec sa mère Roxane, d'Amphipolis. On savait que le peuple macédonien étaient fidèles à la maison royale officielle et Cassandre ne risquait de montage du pouvoir. Mais Ptolémée a finalement obtenu les restes de Babylone, mais une ressemblance de; Alexandria a tous adoré un cénotaphe; Il est vrai que la prise de la bande, l'acquisition d'un avantage psychologique sur les autres successeurs. Il est indéniable que de nombreux soldats Macédoniens ont simplement suivi Ptolémée en Egypte parce qu'il possédait un groupe. Tant le poids et la dimension mystique de l'influence résultant de la possession des grands restes roi! Sans aucun doute, Ptolémée a pris le corps ayant une conscience de sa grande influence dans le soldat simple Macedon. Il est vérifié que beaucoup de soldats, au-delà de sa grande réputation, considéré comme digne successeur d'Alexandre, Ptolémée, une fois le cadavre du grand roi « suivi » général. Cependant, tactique politique Ptolémée se est merveilleusement bien!

Mais si nous adoptons la position officielle que le corps a en effet été transféré et enterré à Alexandrie, ce qui est arrivé; On peut supposer, que lorsque Alexandrie est devenue une ville chrétienne, principes et citoyens chrétiens détenus dans les bâtiments des catastrophes nationales. la violence est connue byzantine et l'anéantissement de milliers d'adeptes de la religion ancienne et ses monuments. peut-être, la tombe d'Alexandre à Fell « victime » de ce fondamentalisme chrétien. Mais si quelque chose de semblable ne fait, peut-être les Arabes, enfin conquis l'Egypte, avoir achevé la destruction du monument. Cependant, tout est ypotheseis.I cause de décès, plans grandioses et tombe, reste une énigme non résolue, un grand mystère, Il peut également être meilleur que le résultat final, s'il, cette recherche éternelle. La dimension métaphysique qui a entouré cette exploration, Il pourrait lui faire plus de charme. Bibliographie indicative Johan Gustav Droysen: L'histoire d'Alexandre le Grand, Ed. Eleftherotypia Paul Cartledge: Alexander, la recherche d'un nouveau passé, Ed. Livani. Plutarque: Alexander, Ed. cactus. Diodore: bibliothèque historique, ed. Zitros. Arrien: Anabase Alexandrou, ed. cactus.

http://eranistis.net/wordpress

http://www.visaltis.net/

Amphipolis.gr | l'histoire des rois de l'Inde hellénistique grec

Le royaume était alors le royaume gréco-hellénistique de Bactriane dont la capitale Gandhara. Elle tenait du 2 au 1er siècle avant JC. Il était le centre du Greco-bouddhisme. Le royaume grec de Bactriane a été créé en 250 par exemple, du satrape grec de Bactriane Diodoto A’ Sauveur , qui a fait sécession de l'séleucide. A été -A la avec le plus tard indo-grec-Uni- la fin du monde l'est hellénistique, couvrant une zone entre Bactrien et
Sogdia de kentrikisAsias -synchrono nord de l'Afghanistan- de la 250 par exemple. jusqu'à ce que le 125 par exemple. L'expansion du royaume gréco-bactrien dans le nord de l'Inde depuis 180 par exemple. a établi le royaume indo-grec, qui a duré jusqu'à la 10 a.d, et a été le centre de
Gréco-bouddhisme. Le royaume pendant près de deux siècles a développé le commerce avec l'Inde et la Chine et la propagation dans la vallée du Gange jusqu'à la partie nord de renversées par les tribus nomades scythes. LE Agathoclès était un roi grec de l'Inde to167 BC. jusqu'à ce que le 165 par exemple. Sous le règne des pièces émises avec des représentations de ses prédécesseurs. pièces Également publié en double langue, le grec et le dialecte indien local. Pour l'iconographie utilisé l'iconographie locale et divinités indiennes. Le Pantaleon était un roi grec de Arachosie et Kantchara, régions de l'ancien royaume de Bactriane et de l'Inde, par BC à 190. jusqu'à ce que le 180 par exemple. successeur Agathoclès. Libérés des devises diglosa avec l'iconographie locale. Le Apollodotos A était un roi grec de Bactriane et de l'Inde de 165 par exemple. jusqu'à ce que le 163 par exemple. Il a publié de nouvelles pièces de monnaie, et un nouveau poids lourd, qui a été largement diffusé parmi les Indiens. A propos Mέναδρος (ou en Inde Milin) Il était un roi grec de tisVaktrias 163 par exemple. jusqu'à ce que le 145 par exemple. Né à Paramisades, région du royaume de Bactriane, inconnue la majeure partie de sa vie avant qu'il ne devienne roi. Il venait d'une famille pauvre et petit a suivi la profession de militaire. Lorsque Efkratidis envahi Bactriane et atteint la capitale, le Taxila, le Menadros a dû faire face à la. Le Menadros a réussi à paralyser l'armée de Efkratidi et portait avec lui beaucoup de batailles sans prédominance importante de l'un des deux adversaires. En même temps, en regardant les Parthes envahi le royaume de Efkratida le forçant à laisser Bactriane par traité avec Ménandre. Ménandre fut proclamé roi et à la veuve mariée Agathokleous du roi précédent Agathoclès. devises Cut avec des performances grecques, avec « SAUVEUR KING Menandrou » (et de retour dans Kcharosthi marqué Maharaja NTARMIKASA MENANTRASA ", où le concept de Dharma est appelé une traduction de « loi ») ou plus communément « SAUVEUR KING Menandrou » (et à l'arrière les mots « Maharaja CHALUTS MENANTRASA »). Il a embrassé et promu le bouddhisme et dans la tradition indienne appelée Milinda. Il a écrit une épopée indienne (auteur inconnu) pour Menadro le Milinda Pancha, qui fait référence à la conversation avec le Menadrou indien sage Nagkasena. Il a mené de nombreuses batailles avec les États voisins et de nouveaux territoires ajoutant le royaume de. Il mourut en 145 par exemple. pendant la campagne. O Straton était roi de Bactriane de 130 par exemple. jusqu'à ce que le 110 par exemple. Symvasilepse, parce qu'il était mineur, avec sa mère Agathokleous. À l'âge adulte, et après sa mort et sa mère, Il monte sur le trône. Mais la gouvernance de la Bactriane mis en aventures à cause de son incapacité à commander. Sous le règne des Antialkides, Efkratidis royaume souverain de Bactriane, Il envahit le royaume et capturé la station Straton forçant à Taxila Pantapotamia. De là, il a appris que son frère Apollodotos A avait pris le trône. Le Diodotidis Ippostratos était un roi grec de Bactriane. règne de 85 par exemple. jusqu'à ce que le 70 par exemple. Il a été le fondateur petit royaume qui comprenait Arachosie et Gandarida. Le Télèphe était roi indo-grec, assez court dans Gandhara. Quand on ne sait pas exactement régnaient, Les historiens supposent que régnait autour du milieu du 1er siècle avant JC. Amyntas était roi de Bactriane de 85 par exemple. jusqu'à ce que le 75 par exemple. Le royaume comprenait la vallée de Kaboul aujourd'hui. Le 80 par exemple. Amyntas saisi Paropamisada et a déplacé la capitale d'Alexandrie dans le Caucase. devises Cut avec des performances grecques. La proie était le fils d'Amyntas et le roi grec de Bactriane de 50 par exemple. jusqu'à ce que le 30 par exemple. marié Calliope, fille Ippostratou et rejoint les deux royaumes grecs de Bactriane dans un, arrêt de la concurrence et de la division de plusieurs années. recapturé beaucoup régions de Bactria. A la fin du règne du royaume ne pouvait pas supporter la nomade raids et avaient deux syriknothei, qui se limitait à la vallée de Kaboul. fini 30 par exemple. le royaume effondré. 30 par exemple: nomade Sakas, sous des chefs Spalirisi, conquérir l'Inde.

http://greekhistoryandprehistory.blogspot.gr

Indoelliniko_vasileio.svg

Amphipolis.gr | La maison d'Argead ou Temenids

Vergina_sun.svg

Vergina Sun - Manteau argéades

 

En ce qui concerne la Macédoine période fondatrice de la Maison Royale rien est absolument clair. Le principe est placé entre le mythe et l'histoire, pas le fondateur de soi-disant vécu à la même époque avec le fondateur de Achéménides. Cette coïncidence devient encore plus intéressant, après la 6le par exemple. siècle Darius ' passé en Europe et fait la Amyntas I vassal, inaugurant une rivalité fatale pour les deux chambres. Deux siècles plus tard Alexander G. Il a passé en Asie et a fait campagne contre l'Empire achéménide. La quatrième année des hostilités assassiné Darius G., la onzième année Alexander III est mort et les deux maisons royales avec eux est mort.

Selon Hérodote, trois fils Timenou, le Gafanis, le Aeropos et le Perdikkas, Ils exilés d'Argos et de première ont fui vers Illyrie après la ville Levaia Haute Macédoine, qui ils gagnent leur vie en prenant soin des animaux locaux (plutôt Paionian) règle. Quand quelque chose est apparu qui a été interprété comme un avertissement divin, le roitelet alarmé leur a ordonné de quitter le pays. Ils ont demandé à leurs salaires accumulés et que "aveuglé par les dieux"Je leur ai montré les rayons du soleil, où ils sont entrés par la cheminée de la maison, en leur disant "Pour le salaire, vous méritez». Les deux plus grandes ont été surpris, mais le plus jeune avait une épée, Il le prit et en disant "Roi accepte tout ce,vous nous donnez», prétendant qui a rassemblé de la poussière de sunbeams et mis sur sa tunique.

Après avoir quitté les trois frères, Le roi les poursuivit croire que les jeunes Perdiccas avaient fait des réclamations au trône et sur tout le territoire sous le soleil. Ils se sont enfuis au-delà "jardins de Midas"Et avec la base Mont Vermio premier occupé les parties adjacentes, puis tout au long de la Macédoine. Livré et mythe que Perdikkas suivi un troupeau de chèvre et au point, qui a quitté les enfants (chèvres), Il a décidé de construire sa capitale, qui raisonnablement nommé Aigai.

itinéraire Argead - Argos en Macédoine

La dynastie royale de Macédoine nommé Temenid ou Argeads, parce que les trois frères étaient fils de Timenou d'Argos. Les armoiries de la Maison Royale n'a pas connu, jusqu'à la découverte de la tombe de Philippe II. Ensuite, il a été constaté qu'il était le soi-disant "Soleil de Vergina», nous renvoie directement aux écrits d'Hérodote et de recueillir les rayons du soleil de Perdiccas, le fondateur présumé de la dynastie.

Dans la généalogie des rois de Macédoine Alexander A. une personne clé. Pour la plupart des prédécesseurs ne sait pratiquement rien, sauf peut-être le nom. La participation d'Alexandre I dans les guerres médiques prit la Macédoine de l'obscurité historique et l'action combinée des États grecs du sud et la Macédoine sur le territoire de la Macédoine grecque d'aujourd'hui, qui jusque-là appartenaient à différents peuples Peonian, jeter assez de lumière dans les prochains rois. Pour les prédécesseurs d'Alexandre, nous comptons sur la généalogie Hérodote et complète des rois de Macédoine calculée comme suit:

Aigai - tetradrachmo_ Perdikkas L 500 par exemple

A Perdikkas: aurait régné au début 7Th siècle

A Argaios: succédé à son père et il régna prétendument tardif 7Th siècle

Philip A.: Il a succédé à son père et régna aurait au début 6Th siècle.

Statiras_Aeropos_398-395-4 BC

Aeropos: mineur encore réussi son père 588 et jusqu'à ce que régnaient 568 par exemple.

Alcetas: Il a succédé à son père et a régné entre 568 et 540 par exemple.

A Amyntas: fils Alketa et le père d'Alexandre I. Il monta sur le trône 540 par exemple. et a donné des terres et de l'eau pour les ambassadeurs Darius. Au cours de sa Macédoine faisait partie de la satrapie européenne de achéménide.

Argent oktadrachmo_vasileia Alexander I_460 BC

Alexander A.: Un fils d'Amyntas, Il monta sur le trône 498 BC est devenu connu dans toute la Grèce pendant la campagne de Xerxès, afin d'être un roi vassal des Perses («hyparch macédonien») informer les Grecs rebelles plans persan. avant Bataille de Thermopylae mis en garde contre les forces grecques avant la bataille de Platées a informé le plan de guerre Athéniens Mardonius. Après la guerre prolongée Macédoine à la Struma. Quand il a voulu prendre part aux Jeux Olympiques, ce qui a permis seulement de participer Grecs, Il devait prouver à l'origine grecque arbitres.

Monnaie Perdiccas II 451-413 par exemple

Perdikkas B: fils d'Alexander A.. du succédé à son père 454 BC et symvasilefse avec son frère Philip, qui est décédé au début.

Didrachm _Archelaos II_399 BC

Archelaos: fils illégitime de Perdiccas B. Le 413 BC usurpant le trône, mais il est devenu un chef de file digne. Selon Thucydide était 9ND roi de la dynastie et fait pour la Macédoine plus qu'ils ne l'avaient fait tous les rois précédents ensemble. Transféra la capitale de Aigai dans Pella.

Macédoine règne Amynta II

Amyntas B: le 393 BC a réussi qu'Archélaüs, régné comme 389 Colombie-Britannique et est souvent confondu avec la prochaine.

Statiras_Amyntas III

Amyntas III: fils Arridaioy, grand petit-fils Alexander A. ', père de Philippe et grand-père d'Alexandre le Grand. Le 389 par exemple. réussi Amyntas II et 383 par exemple. détrôné le Argaios, un noble de Lygkistida. Le 381 par exemple. avec l'aide de thessalienne détrôné Argaios et repris le trône en tant que 369 par exemple.

Alexander B.: fils d'Amyntas II, saisi le trône 369 par exemple. attaqué Thessalie, mais les conflits internes l'ont forcé à retourner à la Macédoine. Le 367 par exemple. assassiné lui le Ptolémée, un partenaire de Aloro de Bottiaia, qui a pris commissaire des fils de Amyntas III, Perdiccas et Philip.

Devise Perdikka III avec la tête d'Hercules

Perdiccas III: fils d'Amyntas III et frère aîné Philippe. Le 365 par exemple. assassiné Ptolémée Aloriti et est monté sur le trône. Le 359 par exemple. Il a été tué au combat par les Illyriens, qui serra les frontières de la Macédoine.

Philippe II

Philippe Ii: Il est né à 383 par exemple, fils d'Amyntas III et Eurydice et le frère Perdiccas III. Il a été lancé en Kaveiria Mystères de Samothrace dans la même période, Olympiade, fille Néoptolème et soeur Alexander A. de Molossos. Il est resté comme otage à Thèbes par 368 par exemple. jusqu'à ce que le 359 par exemple.

Le 359 par exemple. lorsqu'il a été informé que son frère aîné et le roi a été tué en essayant de repousser les Illyriens, Il a échappé de Thèbes et prit le trône de Macédoine. Loot ressources stratégiques de la Thrace, modernisé l'armée macédonienne a transformé en professionnel et engagé dans une politique agressive et expansionniste. En utilisant la force militaire et l'acquisition des politiques toujours prêts, a imposé l'hégémonie macédonienne en Grèce. Il dit qu'il se vantait plus sur la diplomatie et la stratégie prudente que pour sa bravoure au combat, parce que les exploits militaires impliqués tout le monde aux prises, alors que les succès diplomatiques étaient exclusivement sa propre.

Le 357 par exemple. Il a épousé les Jeux olympiques et a fait avec ses deux enfants, le Alexander (356 par exemple) et le Cléopâtre (355 par exemple). Le 338 par exemple. fondée à Corinthe en Congrès commun des Grecs et a déclaré une campagne nationale contre les Perses. Le 337 envoyé des troupes en Asie, pour préparer l'invasion, et l'année suivante a été assassiné à la demande de grand roi Les chèvres dans le théâtre au mariage de sa fille, Cléopâtre.

Alexandre III le Grand

1798828_10201473519546462_1875014534_n

Alexander G. le Grand: fils de Philippe II et Olympias. du succédé à son père 336 par exemple, l'année prochaine a imposé la souveraineté de tous les peuples comme thrace Istros, exegertheisa détruit Thèbes et 334 envahi l'Asie. Subjugué l'ensemble de l'Empire achéménide et de l'Inde jusqu'au tissu de la rivière. Il est mort en Juin 323 à Babylone.

LE Plutarque Il dit qu'il est né 6le Hekatombaion, à savoir 21le juillet 356 par exemple. en Arrien, vécu 32 ans 8 mois, récepteur inverse mesurer la 13le Juin 323 par exemple, absolument certaine date de la mort nous donne Plutarque, nous trouvons que la date de naissance octobre 356 par exemple. Ceci est un exemple typique de la façon dont la méthode d'insécurité est la combinaison d'informations provenant de différentes sources, mais dans ce cas, la différence d'environ trois mois à la date de naissance est pas un problème.

Pour la naissance d'Alexandre enregistré divers présages, soi-disant présagé l'action victorieuse, bien que nous devrions certainement construit rétrospectivement. Plutarque dit que Philippe venait de conquérir Potidaea, quand il a pris trois messages: le Parménion Il avait vaincu les Illyriens dans une grande bataille, un cheval a gagné aux Jeux olympiques et enfin né Alexander. Il dit que même le jour de sa naissance a brûlé la Temple d'Artémis à Ephèse, quelque chose qui a été considéré comme un mauvais présage pour le sort de l'Asie, pas l'orateur Hegeso de Magnésie associé écoute aurait ricané qu'il était raisonnable de brûler le temple d'Artémis, parce que déesse protectrice de l'accouchement était occupé avec le grand événement de la naissance d'Alexandre. LE Justin Il dit que, à la naissance de deux aigles sont restés sur le toit de la maison familiale toute la journée, prédisant sa domination en Europe et en Asie.

médaille romaine émis à Karakalla illustrant Jeux Olympiques.

sa mère Olympiade, Il a été décrit comme impulsif et jaloux, alors qu'aucun caractère positif livré absolument, ce qui soulève le soupçon qu'il avait été victime de la calomnie. Non pas que Philippe doit nous échapper était très coquet et Olympias était troisième, ou la quatrième ligne du total de six ou sept femmes, tandis qu'un nombre inconnu de ses maîtresses. Avec tous leurs pas, épouses et maîtresses, Elle avait des enfants et a créé le stress raisonnable Olympiade sur la succession de son fils, le seul véritable enfant mâle de Philippe.

Philip Arridaios_archaiologiko musée Napoli

L'autre enfant mâle, le Philip Arrideus, il était illégitime, qui pourtant n'a pas empêché d'autres dans le passé pour occuper le trône, ne pas finalement empêché et se Arrhidaios Alexander réussir. La condition physique de Arrhidaios semble qu'une fois donné lieu à la propagande mal l'héritage des Jeux olympiques. On suppose que dans les premières années de sa vie était un garçon remarquable, et que Olympias avec divers poisons perturbé la santé physique et mentale.

autre propagande inventée Il est peut-être l'histoire que Philippe a vu son sommeil avec un dragon à côté de la, peur qu'un dieu transformé en un serpent copulé avec sa femme et ainsi ont été refroidis avec elle. Cela semble être une bonne raison pour le divorce de Philippe de ce conjoint, mais pas les raisons fournies pour le reste des divorces.

On suppose que même bien fait Philip, parce que Delphes oracle certifié par ce Ammon Il lui a été transformé en dragon et que le mari trompé perdrait son regard pour la peine, qui jeté un œil Dieu. L'oracle aurait vérifié pendant le siège de Methoni, quand Philippe a été blessé dans l'œil et aveuglé. Non éviter la tentation de rappeler que Jupiter Il a eu des rapports sexuels avec Alcmène, femme roi de Thèbes Amphitryon et les fruits des rapports était Hercules. Les rapports ainsi créés entre la propagande de l'origine divine de la légende d'Alexandre et l'ancêtre ne peut pas être accidentelle.

Kassandros

Motifs de propager contre les Jeux olympiques ont été principalement Philip, pour justifier le rejet de la femme qui lui a donné le successeur véritable, le Kassandros, subi des attaques lourdes à la fois Alexander et que de Olympiada, qui, entre autres, ont profané la tombe de son frère, et Alexandre lui-même, qui a choisi d'appliquer le modèle administratif du dieu Oriental - roi. Nous ne serons jamais en mesure de voir à travers le voile de calomnie le vrai caractère de l'Olympiade, qui était probablement tout à fait différent de celui livré. Comme ce fut le roi fille, Il savait très bien intrigues palaces, comment faire face à l'alliance des opposants et la façon de protéger les intérêts de son fils sur le trône.

Olympiada participation témoigne de la politique, avant Alexandre fait roi, et jusqu'à ce que les derniers jours de. En effet, une théorie qu'il a mélangé les Jeux Olympiques comme l'un des facteurs, ce qui a amené la Antipater d'organiser l'assassiner d'Alexandre avec du poison. Les informations de Plutarque Alexander "Il lui donne la mère de nombreux cadeaux, mais pas lui permettre de se mélanger dans une étoffe politique ou militaire« Signifie simplement que Alexandre ni lui ni consultés avaient attribué un rôle spécifique, et non qu'elle ne se mélange pas. Compte tenu de ne pas marginal position des femmes dans la Grèce antique a été lié à provoquer l'indignation de beaucoup d'hommes éminents et rivaux certainement.

L'influence de Olympias à Alexandre était significatif, à la fois à cause de sa mère naturelle et de la relation de fils et à cause de l'instabilité conjugale Philip, qui a créé l'incertitude dans le successeur conditionnel. La tête des premiers éducateurs et enseignants d'Alexandre était un parent de Olympias, Leonidas. un autre enseignant, le Acarnanie Lysimaque, Il dit lui-même appelé phénix. Plusieurs auteurs attribuent à la plupart jeunes Alexander admiration ou même l'identification avec Achille, mais sans montrer les sources anciennes disponibles. Les informations qu'Alexandre sous son oreiller, sauf pour le manuel et avait une copie de Iliad, vient de Onisikrito et est donc pas fiable.

Alexander (gauche) et Ifaistion_mouseio Ghetto

Les seules informations fiables sur le sujet est que, dès leur arrivée en Asie, il couronne sur la tombe d'Achille et la Ifaistiwn stou Patrocle. Mais cette action peut simplement signaler le début d'une nouvelle guerre de Troie, ce fut la première campagne nationale après la guerre de Troie.

Quand Alexandre est devenu 13 années et a dû commencer le prochain cycle d'étude, Philip retiré de Pella et l'envoya à Nymphée de Mieza. Nouveau professeur a pris la Aristote de Stageira et les frais de scolarité inclus la reconstruction de la maison natale du philosophe par Philippe, qui avait détruit un peu plus tôt, et la restauration des exilés et exandrapodismenon Stageiriton. En dehors des théories morales et politiques Alexander a enseigné et d'autres plus profondes et secrètes, qu'ils ont appelé "akroatikes et de surveillance».

Lorsque Alexander plus proelafnontas Asie, Il a appris que Aristote avait publié quelques livres connexes, aurait envoyé une lettre, qui se sont plaints de la publication. Il a à son ancien professeur qui, si ces enseignements étaient tous les biens, quelques-uns seront mentalement avec le assimilé beaucoup qui possèdent les plus intéressés à lui qu'aux autres dans l'esprit que dans les autres domaines.

Alexander visite Diogeni_pinakas de Jean-Baptiste_Regnault

A propos de l'intérêt d'Alexandre dans la philosophie dit aussi que quand Alexander est allé Canal de Corinthe (probablement à l'occasion de la convocation de la Conférence conjointe des Grecs 336-5 par exemple), Il voulait voir le fameux cynique philosophe Diogène de Sinop. Il est allé au pot avec le lieutenants et pezetairous et le trouva couché au soleil. Il a demandé ce qui pourrait être utile et offre kynosofos lui a dit de se laisser et la séquence de l'avant, parce que le soleil est caché. Dans l'ensemble, l'enseignement général est le même que tous les grecs sociaux supérieurs, après la Arpalos envoyé à la partie supérieure (est) Les livres d'Asie Filistou, plusieurs tragédies Euripide, de Sophocles de Eschyle ainsi que le dithyrambe Les opérateurs et de la hospitalier. Parce que aucune connaissance géographique des anciens Grecs pour l'Asie était incomplète, Alexander est venu à des conclusions erronées quand il était en Inde.

De l'information Plutarque qu'Alexandre sentait concurrence soit à son père ou de l'insécurité, parce que la vie érotique volage de Philippe conservé dans les droits de succession de danger constant. Cette incertitude semble obliger Alexander à prouver constamment ses compétences, que des informations décrivant cette "souvent exprimé la crainte que son père ne laissera pas tout exploit, pour montrer la valeur de». Les craintes justifiées d'Alexandre vérifiées, quand le dîner à l'occasion du mariage de Philippe à Cléopâtre le Attale Il a voulu naître un véritable héritier du trône. Alors Alexandre furieux lui jeta skyphos dicton: «nous misérables, Nous semblons illégitimes;». Philip a été offensé, Il tira son épée et déplacé contre son fils, Mais l'ivrogne a trébuché, pour gagner le mépris d'Alexandre: «il a ensuite, préparer à envahir d'Europe en Asie, Il effondra essayant de passer d'un lit à l'autre!».

Après qu'Alexandre a envoyé sa mère à des parents sur le continent et il a fui vers les Illyriens. En lui-même qui se sont réfugiés dans le toujours dangereux pour la Macédoine Illyriens, Il nous met penser aux intentions de son propre sur son père ou son père avec lui. Il est clair que Philippe a pris des mots insultants lourds de son fils avant de tous les partenaires, parce que nous apprenons de Arrien les bannis amis personnels d'Alexandre, Ptolémée de Lagos, Arpalo Maha, Nearchos de Androtimou, Erigyio et Laomedon de Larihos, dans une tentative apparente de voler de chaque cour d'épaule. Quand ils sont revenus d'exil rétabli à leurs positions antérieures et en raison de la confiance accrue d'Alexandre dans leurs visages, l'armée a pris plus tard des postes. LE Ptolémée était mousquetaire, le Erygios alliés Hipparque, son frère Laomédon, qui étaient bilingues, Il a pris les barbares prisonniers, le Arpalos Il est devenu trésorier et Nearhos au départ satrape et enfin amiral de la flotte tout le chemin de la Hydaspes Babylone.

Le travail du peintre français,François Schommer qui dépeint Alexandre apprivoise la Voukefala_peri la 1935

En ce qui concerne les sentiments de Philippe envers son fils, clairement enregistré que l'aimé et apprécié et lui voulait que son successeur. Quand étonnamment Alexander lui apprivoisé Bucéphale, Philippe lui a dit "mon enfant, Interroge ton royaume équivalent, parce que la Macédoine n'était pas en forme». Quand Philippe fait campagne contre Byzance, adjoint nommé Alexander. il se 16 ans fait campagne contre Medi, ils ont trouvé l'occasion d'augmenter, la concassée, les chassèrent de leur ville, les colonies de peuplement à population mixte et renommé Alexandroupolis.

Bien sûr, cette information pourrait être faite de façon rétrospective, de montrer que à un âge précoce est apparu à quel point serait Alexander, Cependant, la chose importante est que, en général Philip nulle part ne se produit pas avec une prédisposition négative envers Alexander, à la place, il a dit réjoui, quand ils l'ont appelé général et Alexander King. Le que Philippe Alexander preuve la plus évidente intention pour son successeur est donnée par l'incident suivant.

Quand il a envoyé Parménion et Attale à M. Asie, pour préparer l'invasion des forces principales, le Pixodaros, l'usurpateur du trône l'esclave persan de Caria, Il était tout à fait sûr du succès de toute l'entreprise et se précipita pour prendre avantage de proposer une affinité et d'alliance. Puis Olympias et plusieurs amis convaincus Alexander, que son père était en train de négocier le mariage avec le fils illégitime groupe, sa fille Kara Roi, Il avait décidé de entassement. Le toujours précaire de ses droits au trône Alexandre envoya en Pixodaros un acteur tragique de Corinthe, le Thessalos, message à préférer le toiletter, qui était un véritable fils de Philippe au lieu de ofArridaios, était illégitime et non en bonne santé mentale. Le compteur inattendu flattait Pixodaros et furieux Philip, il a appris juste allé à la salle d'Alexandre avec un partenaire fidèle et ami, le Parménion Philôtas, strictement il a réprimandé son fils l'appeler irréductible et indigne de l'entourage des biens, il a choisi comme père barbare en droit, qui était esclave d'un roi barbare. Selon Plutarque, Alexander amis, Arpalos, Nearhos, Frygios et Ptolémée, qui avait dérivé dans cette énergie en exil, bien que par Arrien, qui était basé sur les mémoires de Ptolémée, leur exil imposé après malentendu le dîner de mariage.

La myriade écriant Thalassa - Thalassa!!_ Table de Bernard Granville Baker, 1901

Quant à la formation militaire, en particulier dans les domaines de la tactique et la stratégie n'est pas mentionnée dans les sources anciennes. Toutefois, les informations Plutarque, qui à un âge précoce demandait des ambassadeurs persans pour l'organisation militaire de l'Etat, Nous concluons cette partie de l'organisation étonnante, il avait fait Philippe, Il était de recueillir des informations critiques pour la Perse. exploit de dix mille Il était relativement récent et a été choqué le monde grec, de sorte que pour la première fois les Grecs rhéteurs (les analystes politiques) Pour comprendre les capacités de leurs forces armées et les faiblesses de la machine de guerre persane. Les premiers hommes politiques grecs, qui voulait voir cette réalité était Jason de Ferron et Philippe de Macédoine. Par conséquent, Alexander devait savoir si tous les écrits Xénophon, certainement le Cyrus Climb, où les instructions contenues, comment l'armée d'invasion devait se déplacer sur le territoire persan. Pour l'exactitude, il se trouve que Alexander avait étudié au moins ce projet, car déjà dans la campagne européenne a utilisé la askoschedies il avait vu Xénophon Assyrie, principalement parce que l'application en appuyant sur l'avance rapide et un engagement direct avec les forces perses, comme ils l'avaient fait et la myriade.

Pour un tel personnage historique important comme Alexander, qui a vécu avant 25 siècles et qui ont survécu aux travaux pratiques que quatre auteurs et ne sont pas complets, Il est tout à fait logique échec de séparation entre la propagande et la réalité. Donc, la question de savoir si le succès de la campagne sont ses réalisations et si les décideurs ne peut pas être la réponse sûre. Ce qui est certain est que le personnel macédonien dotés d'officiers, que d'autres Etats grecs avaient cessé depuis des décennies à venir, les compétences particulières des grands fabricants de amplement prouvé par l'occupation réussie et la gouvernance des peuples conquis longtemps après la mort d'Alexandre.

en Inde, l'extrémité orientale des biens, 500 ans plus tard régissent encore les rois grecs et à l'ouest à environ trois siècles plus tard, en dépit de gagner presque tous les territoires par les Romains, grec imposé Alexander est resté la langue officielle des territoires asiatiques. Parce qu'avant Philippe l'Etat macédonien parepaie entre la subordination et la souveraineté limitée, alors immédiatement après l'assassinat de son successeur est devenu le vainqueur le plus célèbre dans l'histoire, ne tient pas de doute que les deux fabricants Macédoniens autant que Alexandre lui-même était créations de Philippe stratégie d'organisation.

La question de la valeur par rapport à Alexander Parménion notamment dans le domaine de la stratégie et la tactique est encore plus difficile de répondre, parce que l'assassiner ordonné des stratégies de vieillissement a imposé la rétrogradation ultérieure de la contribution. Donc, on ne sait jamais si elles sont réelles objections, enregistré qui avait Parménion. Ce qui est certain est que Parménion disparu, il avait écrasé l'armée régulière des Perses, et après avoir livré l'ensemble de la direction politique et militaire de l'empire. En effet, après la mort de Parménion, Alexandre n'a pas fait face une autre armée régulière proportionnelle persane. Mais qui pourrait sous-estimer les capacités d'Alexandre, lorsque le Sogdiana Il a réussi à éviter un accident, même s'il devait payer avec un mariage non désiré

La bataille de la Granikou_pinakas Charles_Le_Brun,_1665

Le luminale à titre posthume la propagande a cédé à des suggestions erronées Parménion dans les grandes courses et options. Lorsque l'armée a atteint Granicus était déjà l'après-midi et les Perses alignés sur la rive opposée. La Parménion attaque aurait été proposée au début de la prochaine aube, avant de prendre des positions Perses, tandis que Alexander a choisi la participation directe. Ce Parménion a suggéré un stratagème (ploy tactique) comme ceux décrits par Polyen, tandis que Alexander a préféré suivre à la lettre les instructions de Xénophon. Après cette décision a été prise, gauche pour passer l'obstacle aquatique avec le moins de pertes possibles du barrage toxefmata persane. A été sélectionné pour précéder une petite partie des cavaliers, qui a tiré toxefmata induits en erreur les Perses et le reste sans perte passé. L'auteur de cette option est inconnu et attribué implicitement à Alexander.

Dans Gaugamela Alexander voulait de nouveau l'implication directe, mais Parménion l'a convaincu d'attendre jusqu'à ce qu'ils reconnaissent suffisamment la manière. Alors Parménion aurait proposé un raid nocturne, pour balayer les lignes persans. Alexander craignait en particulier la coordination de leur front en raison des pouvoirs étendus et a refusé. Darius, il savait que l'attaque de nuit était typique grec régulier, peur qu'ils appliqueront et gardé ses forces alignées sur le terrain toute la nuit. Alors frappé le moral des soldats et a contribué à la défaite Alexander. Dans cette bataille, la dernière grande campagne régulière tout et Parménion, Les communicateurs d'Alexandre ont trouvé la possibilité d'implanter les premiers prétextes pour son extermination.

Total, de Bataille d'Issos il en résulte quelque chose d'utile dans notre approche et batailles Granicus et de Gaugamela Il montre le vrai Parménion cherchent à surprendre l'ennemi, le récepteur Alexander préfère l'attaque frontale directe, à la fois à l'échec de développer l'armée à cause de la mauvaise psychologie vers les forces supérieures persans et d'utiliser les victoires précédentes comme adversaire facteur découragent.

412px-La capture de MIlitou_ergo de Andre_Castaigne_(1898-1899)

à Milet Parménion aurait suggéré la conduite des opérations navales aux côtés de la terre et Alexander être rejeté. Bien sûr, Juste quelques semaines plus tard, il a été forcé de mener des opérations navales, principalement défensive, pour protéger les îles égéennes des attaques de la flotte perse, Mais la décision de ce Alexander particulier n'a pas été tout à fait inexact. Mauvais était la dissolution de la flotte et non la décision d'éviter une confrontation directe avec la flotte persane. LE Flotte Conférence conjointe numbered 160 navires, tandis que le persan 400, pourquoi Alexander a choisi de couper l'alimentation des bases d'occupation des rives de la Méditerranée. Le choix alors donné raison, après la flotte persane, principalement composé de Chypriotes et Phéniciens, neutralisée quand était occupé l'ensemble du littoral comme pneu. Il est donc pas du tout certain qu'un engagement naval, comme proposé Parménion, Cela donnerait plus d'effets positifs que négatifs.

buste romain grec général qui appartient probablement à Parmeniona_400 p.Ch_mouseio Vatican

Si des propositions erronées Parménion pas tout à fait faux, la vérité peut être cachée derrière un autre choix crucial. La proposition de Parménion Alexander, accepter ce qui est offert Darius la deuxième lettre et à capituler à partir d'une position de force, Il était tout à fait conforme aux décisions de la Conférence conjointe des Grecs et leur éducation politique et militaire. Mais Alexander a rejeté, Il voulait simplement d'identifier la décision commune de punir les Perses avec son désir personnel de devenir lui-même grand roi à la place du Grand Roi.

Le Plutarque qu'Alexandre était possible xpoint final, pas diminué dans des querelles si pas convaincu par des arguments rationnels et pourquoi Philip persuade plutôt que les commandes. Et Huff furieux, quand ils ont dit qu'il aime la gloire plus que la puissance ou la vie, mais dans le pays de Les mâles Il faut bien comprendre la différence entre le général et soldat. Quand il a appris que deux Macédoniens, le Damon et Timothée, aselgisei avait sur les femmes conforme quelques mercenaires, ordonné leur superviseur Parménion d'enquêter sur la question et, si les allégations étaient vraies, de punir les auteurs "comme si elles étaient l'homme-animaux». Alexander était empereur général, essayant de devant une vaste contre les dirigeants et alors nous ne pouvions pas attendre moins de l'imposition de la discipline de fer dans l'armée.

En ce qui concerne les autres éléments de son caractère, dit avoir été généralement violent et impétueux, mais ne pas succomber aux plaisirs physiques. Dans les premières années de sa vie, il a enseigné la simplicité Leonidas, qui effets personnels minutieusement contrôlés de peur que Olympias avait donné un secret ou quelque chose de plus luxueux que le strict nécessaire. Comme un élément supplémentaire de continence peut être examiné et réglé pour des frais de réception ne pas dépasser la 10.000 Drachmes grecques. Mais il semble que seule l'abstinence dans la nourriture et le luxe l'a accompagné jusqu'à la fin. Certain temps d'abord bu peu, au cours des opérations en Sogdiane déjà en marche vers l'alcoolisme, mais après la mort de Ifaistiwna l'armée fut obligée de suspendre la totalité du chemin d'horloge et d'attendre Alexander à se remettre de la gueule de bois de la nuit précédente.

Arrien

Après la mort de Darius était "surtout avide de louanges» et «bien qu'ils puissent [à cause de l'éducation] pour mieux comprendre, Il est resté prisonnier de soif de gloire« Il dit Arrien additionner succinctement le changement dans le caractère de. Ce changement extériorisé principalement en adoptant le modèle oriental administratif mis en place et tous ses accessoires, tels que le costume oriental, dieu-roi et de prostration. Pour comprendre comment était exaspérant l'adoption des coutumes barbares, assez de se méfier que AristoteComme enseigné Alexander et bien sûr à tous les étudiants de soi-disant "Alors que les Grecs comme des amis ou des parents, Les barbares récepteurs comme des animaux ou des plantes».

«Il était incorruptible, mais il a prodigué des cadeaux, de rencontrer d'autres», à-dire les soudoyer, disposés à coopérer. Les premiers partenaires de soudoyer par Alexander situés à la veille du débarquement en Asie, quand il a remis la succession royale. Il a dit que Perdiccas lui demanda ce qu'il a gardé pour lui-même et la réponse Alexander "espoirs« A refusé d'accepter la propriété du roi en disant qu'il attendrait d'obtenir Darius immobilier. En plus de la corruption ici et a trouvé une première indication de l'intention d'Alexandre de ne pas retourner en Macédoine à nouveau, peut-être le premier événement des ambitions de Perdiccas.

Tout en avançant plus profondément dans l'Asie, l'armée et moins conforme au mandat de la Conférence conjointe des Grecs se sont révélés les décisions d'Alexandre, les plus forts ont été les réactions de la vieille garde macédonienne, de plus en plus dû compter sur les jeunes officiers, être dissidents plus dur et plus généreux devraient être les avantages de, pour racheter l'obéissance volontaire. Quand Alexandre est revenu de l'Inde, constaté qu'en l'absence d'un grand nombre des fonctionnaires Rachetées, pas attendre de le revoir vivant, Ils se sont révélés corrompus et pratiquaient l'administration prédatrice conduisant à exaspérer leurs peuples soumis et mettent en danger la paix, nécessaire à l'intérieur de l'Empire.

Le caractère extrêmement risqué plusieurs fois blessé a entraîné, plusieurs même sérieusement. Dans la bataille de Granique un coup coupeur Il a battu à la fois son casque et légèrement blessé tête, à la bataille d'Issos a été blessé à la cuisse par l'épée, le siège de Gaza palestinien grièvement blessé à l'épaule par la flèche catapulte, ce bouclier percé et armures. Dans une opération de nettoyage contre les rebelles près de Sogdiane Iaxarti une flèche l'a frappé à la jambe et a cassé un morceau d'os, tandis que le siège de Kyroupolis a reçu des coups sévères de pierres dans la tête et du cou. Dans le siège d'une ville de Aspis légèrement blessé à l'épaule par la flèche, qui a transpercé la poitrine, le siège de la cheville Massagon légèrement blessé par des flèches et le siège des cheveux de ville anonyme blessé mortelle flèche près de rate sa poitrine. Plutarque pense qu'Alexandre n'a jamais complètement guéri d'un traumatisme récent, que peut-être qu'il savait lui-même et qu'il est mort près de trois ans plus tard.

Un autre élément de son personnage est apparu dans son adolescence, quand 340 BC les subjugué Medi et selon Plutarque a donné son nom (Αλεξανδρόπολη) dans une ville. Deux ans plus tôt, qui avait fait son père, quand il avait libéré la Macédoine des Illyriens, Il avait vaincu la fois puissant Odrysian et il se préparait à affirmer l'hégémonie de la Grèce. Mais mutatis mutandis et Alexander n'a pas atteint quelque chose d'inférieur. était juste 16 années, régent de Macédoine et vaincre un peuple alpiniste robuste en l'absence de Philippe à la campagne. En dépit de son énergie sera certainement considéré par ses contemporains comme l'insolence et l'arrogance. Nous envisageons les réalisations doivent considérer que très tôt vu la grande confiance, après une décennie plus tard, Alexander était parfaitement justifiée, lorsque fonde Alexandrie un après l'autre.

L'exemple de Philippe et Alexandre a suivi les dirigeants de l'époque hellénistique, Ils sont donnés aux villes européennes, Asie et en Afrique, leur nom ou les noms de leurs conjoints, comme Séleucie, Antioche, Cassandra, Thessalonique, Apamée. Ensuite, il était naturel de suivre la même pratique Romains (Andrinople, Traianoupolis, Pompéi etc.), les Byzantins (ΚΩΝΣΤΑΝΤΙΝΟΎΠΟΛΗ, herculéen etc.) et des pays européens avec la conception impériale que bien après la période du Grand Exploration. ainsi les rois, successeurs, explorateurs et aventuriers ont donné leur nom à nouveau (pour les Européens) Îles (comme Philippines, Marshall, cuisinier, Tasmanie), pays (comme Colombie, Rhodésie), même à travers les continents (Amérique).

Lion de Chéronée

LE physique Alexander n'a pas été accomplissements proportionnés. Contrairement à Darius et sa famille, qui était grand, Il était si diminutif, que la mère de Darius, roi de penser qui était le plus costaud Hephaestion et si vous avez besoin d'une table pour les pieds, pas atteint que le plancher, quand à Suse assis sur le trône de Darius. On le dit aussi ne savait pas nager, mais aucun d'entre eux n'a pas empêché le combattre avec courage dans l'avant-garde. à Bataille de Chéronée à l'âge 18 ladite première année cassé les lignes de sacrée bande thébaine, la bataille de Granique était juste derrière la partie trompeuse et autour d'elle est devenue la bataille la cavalerie la plus obstinée. combats en général dans les rangs de la cavalerie royale compagnie de benzile, mais chaque fois que la situation l'exigeait, dirigé et d'autres départements militaires. quand Tyriens surpris et désorientée flotte chypriote, Il est entré dans un pentiri et a réussi à les repousser. Une fois déclenché la décisive murs de rift des pneus, Ils étaient parmi les premiers qui a quitté. Dans siège Sangalon voyant que la cavalerie ne pouvait pas dépasser les obstacles ennemis, xepezepse et attaqué Katha la tête de la phalange.

Selon l'élève d'Aristote, le philosophe Aristoxène Tarantino, Alexander a été exactement comme décrit par statues de Lysippe, la tête légèrement inclinée vers la gauche et ses yeux étaient mouillés. La peau était blanche, et parce que suffisamment souligné que Apelle Il a fait une erreur dans le tableau, qui dépeint kerafnoforo comme Jupiter, et qu'il a très sombre, Nous concluons que blanc caractéristique était. De plus, il avait une légère teinte rougeâtre sur le visage et avait pas de barbe, tandis que dans plusieurs performances, comme dans célèbre mosaïque de Pompéi, illustré par des whiskers caractéristiques. Il est important de noter que d'autres partenaires, certains pairs, comme Hephaestion, également montré sans barbe. Plusieurs rois de la période hellénistique et ils nous montrent imberbes conduit à la conclusion que Alexander a introduit cette tendance, tandis que la génération de Philippe, les deux états grecs et le barbare, barbe se tenaient les hommes des garçons.

Il semble que certains anciens écrivains grecs étaient engagés dans de sérieux efforts pour dissimuler qu'Alexandre était tout aussi charmeur avec son père. Plutarque fait cette tentative si maladroit, qui montre comme s'il voulait vraiment jouer la propagande luminale. dit expressément que Alexander a vu les stores grande et belle "la torture pour les yeux», mais il était si frugal, de les traiter comme des statues inanimées. En même temps, ne cache pas que nos relations avec le contrat belle et éduquée Barsine dont il avait un fils et, le Hercules. Les survivants historiens grecs et romains affirment que Alexander n'a joué aucun rôle dans le cas grossesse inexpliquée la femme de Darius. Fin, Les historiens romains attribuent la paternité d'un autre fils de la reine de Assakinon Kleofida, mais cette histoire nous rappelle si fortement en Juillet Caesar, Cléopâtre et leur fils, être rejeté comme faux.

Outre les deux ci-dessus nobles et captifs Blinds Alexander ne pas enregistré contracté des relations avec d'autres femmes, peut-être parce qu'ils ne sont pas d'origine supérieure. Plutarque nie qu'Alexandre est entré en relation avec "autant que les jours de l'année« Et concubines d'origine généralement nobles, hérité de Darius, quand il est finalement devenu grand roi, Roi des rois et Roi de l'Asie. La première femme, le Roxane, Il était classe sociale inconnue crayons et marié, pour se sortir du marais des affaires Sogdia. Ce mariage imposé par le désespoir et occulté d'autres, Alexandre se préparait à fond pendant des années. Marrier comme matières premières (peut-être unique) épouse l'une des deux filles de Darius, rassemblerait royal maisons Argead et de Αχαιμενιδών et lui fournir et ses descendants droits au trône du roi d'Asie. Mais les choses l'ont forcé à la prendre comme seconde épouse.

Le Roxana avec Alexander fils IV Max. Alexandrou_pinakas de Allesandro Varotari_1588-1648

Alexander D.: Il est né à 323, quelques mois après la mort de son père, Alexander III. L'armée à Babylone proclamé roi avec Arrhidaios Philippe sous la tutelle, initiales Perdikka et après la Antipater. Pratiquement vécu prisonnier et finalement assassiné dans 311 à l'âge de 12 années avec sa mère, Roxane, de la Kassandros d'Amphipolis. Sa tombe se trouve à Aigai (Vergína), à côté de Tombeau de Philippe II

 

Sources

Hérodote A.88, 93 I., 137-139

Xénophon Anabase A.V.9, G.II.25

Arrien A.23, C.6, G.2, z.28

Plutarque Alexander 2, 3.1-9, 4.1-3, 4.8, 5.1, 5.4, 6.8, 7.1, 7.5-9, 9.1, 9.4-JV, 10, 21.10, 22.1-4, 23, 28.6, 39.11-13, 42.4, 45.3-cc, 58.6, 67.7, 68.3-5, 75.1

Sur la Fortune ou la Vertu d'Alexandre 329.B

Diodore IST.34.5, 54.3, 95.3, IZ.66.3-7

Justin 9.8.1, 11.11.3, 12.16.5)

Posté par lèvres dans HISTOIRE1798828_10201473519546462_1875014534_n

Amphipolis.gr | LA PÉRI, LA RÉGION DU MONT PAGGAIO

GEOGRAPHIE ECONOMIQUE DE THS Pangeo MOUNTAIN AREA EN ANTIQUE ET À LA CONQUÊTE ROMAINE

Le Pangeo pays terme d'ordre, les vastes plaines de Serres et Philippi, irriguée respectivement par les rivières Struma et Aggitis, Il était dans l'antiquité très fertile, tandis que dans le même temps, le sous-sol caché métaux précieux abondantes. Il était si naturel, tout au long de cette région dans l'histoire, depuis le début des temps historiques, voyage est étroitement liée à la richesse matérielle, qui a attiré comme un aimant villes, peuples et conquérants.

IMGP1049

A partir de la flore du pays et de t « les produits agricoles produits par la terre, nous devons d'abord une pause n « consacrer un chapitre distinct de notre article dans » un produit qui jusqu'à aujourd'hui donne à la région l'identité la plus distinctive. Ce t « vigne et du vin Paggeo et surtout les conditions actuelles Symbole, (que les anciens Grecs ne distingue habituellement de Paggaio), que la présence abondante de longue durée et du témoin, outre les sources historiques, de nombreux cratères et coquilles oenochoae trouvé les restes d'anciennes colonies dans la région.

CONTINUER LA LECTURE

Amphipolis.gr | ALEXANDROS ET FILIPPOS SUR MAKEDONIKI PARADOSI

(du livre Abbott, folklore macédonien, Cambridge 1903, p. 279-289)

fillip1

"Tout sent antiquités", dit Abbott, "Attribué par les villageois de Macédoine en deux grands rois de ce pays. Chansons et traditions, dont ils sont très fiers, Ils ont dit qu'il réduit « à l'époque de Philippe et d'Alexandre et Hercules', une période condensée qui partagent tous les vestiges du passé avec impartialité parfaite.
Allant de Drama à Kavala, un peu à l'écart de la route, sont les restes compacts d'une ancienne porte en face des ruines de Philippes. Ce reste du bâtiment connu des masses comme « le palais d'Alexandre le Grand ».
Demir Chissar à savoir "Sidirokastro", sur la ligne ferroviaire Thessalonique-Serres, il y a des restes d'un ancien château ou forteresse, avec vue sur la gorge, les côtés de la ville qui est calée. Ces ruines sont attribués au roi Philippe. Un pot de pierre découverts dans la gorge il y a quelque temps, immédiatement appelé la sécurité ou la voûte du roi Philippe. Les mêmes distingue la tradition romantique, deux pierres lisses trouvées sur la rive rocheuse de la rivière locale qui traverse la gorge, la « salle de lavage » où les princesses, filles du roi Philippe, Ils vont et blanchissent leurs vêtements, comme ils le font Makedonisses jusqu'à aujourd'hui.
Les deux roches individuelles dans la vallée de Serres, déjà signalé comme « Drakopetres »(1), appelé par les habitants de Nigrita « Pierres d'Alexandre le Grand », ce qui implique qu'il a jeté la. N'a n'a pas vécu à une époque où, selon ce qui a été dit par un âne, « Dieu postulait le brave »;.
Aussi, près du village de la Croix, sur la côte est de Chalcidique, juste au nord de la position dans laquelle beaucoup Stageira, le lieu de naissance d'Aristote, se dresse une carte anonyme de montagne sont des paysans appelés « Alexander Mountain » ou, moins correctement, "Alexandra", un nom très réussie dans une région associée
avec le nom d'un célèbre professeur d'Alexandre.
Sud de la Croix est le village Lymtziasda, que les habitants remontent au nom de la mère d'Alexandre (Olympiada), une réduction « très peu probable », selon Leake. Le navigateur qui offre, moins correctement, le nom du village comme Lympiada et sur l'étymologie fait remarquer que l'échec du « O » initiale et la conversion de Lympiada en Lymptziada dans le cours normal des lésions en raison de l'influence de la langue latine après la conquête romaine.
Dans le même paragraphe Leake fait remarquer que « dans un endroit juste au-dessous du palais du château Aga, où certains résidus de colonnes est toujours visible, Ils ont dit qu'ils étaient la Monnaie Alexander.
Tant les Turcs et les Grecs, même les villageois les plus pauvres, Ils sont imprégnés de l'histoire d'Alexandre, bien que parfois cette histoire est étrangement déformée, et non souvent confondu avec Alexander Skanderbeg ".
Le sort où le nom d'Alexandre utilisé pour défier les démons de tornade est un autre exemple de la résistance de livraison, et met également en évidence le halo étonnante qui, au cours des siècles d'ignorance, réunis autour de la personnalité du grand roi. Dans la perception populaire Alexander remplit un aspect similaire à celui occupé par Salomon Nuits arabes et d'autres compositions orientales. Avec une puissance décomptées mystérieuse sur les mauvais esprits, et son nom suffit pour exorciser………………………
……..Qu'il suffise de dire que le récit sous le nom populaire « Litière d'Alexandre le Grand », Il a longtemps été une des lectures favorites des classes à travers le monde grec, et a aidé plus que toute autre chose à garder la mémoire du grand conquérant(3) frais et confus. Beaucoup de ces tabloïds vendus chaque année dans les paysans de la Macédoine de libraires de la rue et comme je gagné une portée à la somme dérisoire d'une pince, égal à 2,25 sterling (2)….”

530748_519483784753126_702692676_n

REMARQUES:
(1) pages 263-64, l'abbé (se référant à l'essai A.D.Gousiou « Le pays Pangée…», Leipzig 1894) note que « Drakopetres » (ou « Pierres d'Alexandre le Grand », pendant la version Nigritini) est « deux roche solitaire dans la vallée de Serres, non loin du village Lakkovikia ", (vieux Mesolakkia, sur 7 kilomètres à l'est de New Mesolakkias d'aujourd'hui). De la description de Gousios (p.27) Il a conclu que Drakopetres situé quelque part près de l'actuelle Nouvelle Mesolakkia.

(2) l'abbé, comme indiqué, disant « tracts …», Il fait référence à la publication « L'histoire d'Alexandre le Grand de Macédoine: vie, Les guerres et sa mort ", Athènes, (J). Nikolaidis, 1898. souligne également que le récit des brochures est le principe de la « Psefdokallistheni » qui est apparu en Egypte au 2ème siècle avant JC. et expose un résumé détaillé du texte pertinent.

(3) Le thrylloi à Alexandre le Grand et continue dans les temps modernes: plus dire que, en tant que champs de colline zefgarizan Mougila (entre Xylotrou et horticulture), l'accroc de la charrue dans des bocaux et de grandes dalles de pierre. Et l'imagination populaire a fait le « diagnostic » ou ce vieux village (Xylotro) Ils étaient en Mougila soit qu'il y ait la tombe d'Alexandre le Grand!
et …prouver: « Dans le courant de Terpni, entre les passages Xylotrou (SIC) et l'horticulture …par energitheisas Taq-t-il été 1950 travaillent sous la skafikas … YSSYEM, Ils ont été trouvés vases TINA, dont le plus important dans le cratère était rouge cloche signifie du IVe siècle avant J.-C.. (Chroniques archéologiques, fouilles …en Macédoine et Thrace …1940-1950, CH.I. Makaronas, ΣΕΛ 648). Notez que le torrent Terpni « licks » la colline Mougila situé (pour ceux qui connaissent la région) entre les anciens « tsiairia » et « siafaria » de Xylotrou et Tsiarpis'no rivière (cheim.Terpnis).
à savoir, prouvant encore une fois que la tradition populaire a ses racines, presque toujours, dans un événement réel.
Image du beau vaisseau rouge et diagramme topographique région Mougila où malheureusement, et comme indiqué dans la publication ci-dessus, ci-dessous.

Amphipolis.gr | L'ascendance d'Alexandre et les Macédoniens

 

Helen Michalopoulou, avocat

1912370_10201473501826019_485268614_n

Documentation dans les textes de la littérature grecque antique (Hérodote, Thucydide, Plutarque, Arrien, Démosthène, Polybe, Isocrate).

INTRODUCTION

A propos de cette note d'explication. Parce que, Bien que, la raison est de plus en plus souvent l'évidence, est, Peut-être, utile, de se livrer un peu -pour- ces. une récente, l'origine d'Alexandre et les Macédoniens, Mon travail d'étude anciens grands écrivains grecs (Hérodote, Thucydide, Plutarque, Arrien, Démosthène, Isocrate, Polybe) conduit à la documentation connue, plus ou moins, arguments sur la question. Parce que la valeur sémantique du nom, comme le mot, est une affaire plus grave que,Que peut-on suppose, -encore plus quand il s'agit de nom historique, très importants et contradictoires, la Macédoine, vaut la peine de jeter un oeil de plus près ces enregistrées par les anciens historiens.

(J). le Thucydide

À partir du début des références au terme « grec », nous estimons que Thucydide, des plus grands historiens et des philosophes politiques de l'humanité dit que, avant la guerre de Troie il y avait le mot « Grecs » et la première fois que nous rencontrons est dans Homère, comme désignation de ceux qui ont milité contre Troie, de Fthiotida, sous Achillea- « le premier Grec » [1]. à Homer, continue Thucydide, les Grecs mentionnés dans le même sens que sont les « Achéens », Le « Argos », le « Danaans ». Dans les poèmes homériques pas trouvé, D'ailleurs, ni le terme « barbares », parce qu'il n'a pas encore xechoristhei (plus établie, comme il est arrivé plus tard) le terme « grec » « Comme contradictoires nom d'ensemble« Aux » barbares[2], se termine le grand historien grec.

Au sein de cette dualité de la littérature grecque ancienne (Grecs -varvaroi '), barbares étaient ceux qui n'étaient pas grec. Dans cette approche, Toutes les sources historiques dont nous disposons pour nous montre que les Macédoniens n'étaient pas Grecs et barbares. Et il serait étrange si ce ne, comme le berceau de la Grèce, Fthiotida, situé à seulement quelques kilomètres au sud de la Macédoine. De nom Fthiotida, répartis sur une vaste zone comprenant l'ensemble du monde grec. Il serait inexplicable de se propager partout sauf Imathia voisins et Pieria, qui était -pantos- beaucoup plus proche que,Qu'est-ce que par exemple, Athènes.

La forge de la doctrine du caractère non-grec des Macédoniens était fondée sur le fait qu'entre le bord du monde grec, centre Grecs, comme Alexander supports Ragavis, Ils se distinguent de ceux qui se trouvaient dans la région (Macédoniens, Épire), parce que ce dernier, parce mixxing avec d'autres peuples, katetassonto en phase de développement politique et social plus modeste. Les autres soulignements Ragavis, que l'invasion Dorian et Amphictyonie Delphi ont contribué à l'expansion du nom grec pour toute la race grecque[3]’.

Histoire de la guerre du Péloponnèse, pour revenir à Thucydide, et en particulier au moment où la campagne Thraces décrit, sous Sitalkês, contre la Macédoine, défini avec précision les coordonnées géographiques "Macédoine baisse … maintenant de Macédoine ", comme il l'appelle l'historien[4]. Il ressort de l'étude de la description, cartes anciennes et la géographie actuelle, région est définie comme l'espace autour de la casserole Pieriki, à l'embouchure de la Axios, jusqu'à ce que Paggaio au-delà du Strymon qui comprenait Pella, Halkidiki, le Vottia (à côté de Halkidiki) Eordaia (Aridea), le Almopia, le Gristonia (Girtoni), le Mygdonia, le Anthemounta (près de Polygyros) Autres régions grecques. Il est intéressant de noter que Thucydide dit que les Macédoniens y compris les nations « d'en haut » comme Lygkistai[5] et Elimiotai[6] qui sont alliés et la -ypotaktika 'nationaux de- le fond - du courant, comme caractéristiques, Macédoine. Dans les anciennes cartes ces zones sont situées au nord de l'actuel nord-Pieria. magnésie, sur le territoire grec. Au nord de Lygkestias, situé Paionia, (zone à la frontière de la Grèce avec la Macédoine -où, sur le territoire grec), dont, dit Thucydide, Macédoniens ont capturé une étroite bande au-dessous du Axios atteindre Pella et de la mer. Il est à noter que les Paionians évidemment ceux qui ne sont pas conquises par les Macédoniens- leur Arrien mentionne barbares, από κοινού με τους Θράκες και τους Ιλλυριούς και τους Αγριάνες.[7] Το συμπέρασμα είναι ότι η Μακεδονία των χρόνων του Θουκυδίδη, “ής Αλέξανδρος[8] και ο υιός αυτού Περδίκκας ήρχεν” était la région qui avait l'accent Pieria, Imathia et Halkidiki[9].

  1. 10384203_305572526303338_6335120286265488843_n le HERODOTUS

Un témoignage vraiment catalytique, en ce qui concerne l'identité nationale des Macédoniens comme le sexe grec, Situé dans Hérodote et en particulier la description de la préparation militaire pour la bataille de Platées (479 par exemple), mettre un terme définitif aux ambitions perses à la conquête de la Grèce: A la veille de la bataille, Alexandre Ier, fils d'Amyntas et roi de Macédoine, allié involontaire de Mardonius, comme vassal des Perses[10], approché, secrètement la nuit, avant-postes d'Athènes, et a donné aux généraux de l'information précieuse Athéniens par rapport au plan stratégique de Mardonius. Il a fait cela parce que, comme l'a dit, “était lui-même le grec et même de la vieille génération et ne voudrait pas voir la Grèce réduit en esclavage ". même supplié, en cas de victoire, να ενδιαφερθούν οι Αθηναίοι και για την δική απελευθέρωση[11]. Η αναφορά αυτή του Ηρόδοτου, δια στόματος μάλιστα του Αλεξάνδρου του Α’, προπάππου του Μεγάλου Αλεξάνδρου[12], est, αναμφίβολα, plein -dikaniki dirait- la preuve est en cause, sur l'origine, c'est-à-dire, Alexandre et les Macédoniens.

Dans le huitième livre des Histoires d'Hérodote (Ourania) se référant aux rois de Macédoine, par la dynastie de paiement jusqu'à ce que ledit Alexander A. '. Selon cette description, ce dernier était le fils d'Amyntas, fils Alketa, dont le père était Aeropos, fils de Philippe avait père Argaios, fils Perdiccas, Argos, d'abord occupé le pouvoir suprême en Macédoine.[13]

III. le Ploutarchos

... POUR L'ORIGINE D'ALEXANDRE

Pour l'origine d'Alexandre les questions les plus controversées de la question du nom Plutarque donne une réponse claire: Apogonos le mythique Hercule par Karan[14], la part du père et Aiakos, par Néoptolème que celle de sa mère[15]. Tout le débat pourrait fermer ici, à moins remis en cause et l'origine de Hercules et Aeacus et Néoptolème. Αξίζει όμως να διατρέξει κάποιος την συναρπαστική διήγηση των αρχαίων Ελλήνων συγγραφέων για να βρει και άλλες, εξ ίσου ξεκάθαρες απαντήσεις, στο ίδιο, το περί της καταγωγής του Αλέξανδρου, question.

A pourquoi les noms, arrêter un instant, précédemment, si parenthétique, à celle d'Alexandre, L'origine étymologique qui est, contre l'opinion dominante, από το ρήμα ‘αλέκω’ (απωθώ, απομακρύνω) και το ουσιαστικό ‘ανήρ’. Αλέξανδρος είναι κατ’ εξοχήν όνομα που προσιδιάζει σε ηγέτη, comme la première propriété du chef est sa capacité à prévenir et à neutraliser les adversaires. le -Grec- nom Alexander, et que son père, mère, des ancêtres, des enseignants, généraux, etc., sont capables eux-mêmes de la preuve en ce qui concerne l'origine de l'homme, dynastie et le peuple de la Macédoine dans son ensemble.

A ce stade, il convient de se référer notamment à -aussi grecque- le nom Bucéphale, donné au cheval, comme décrit arrianos, par le fait que, tandis que le noir, Il avait la tête une marque blanche en forme de tête fœtale '[16]. en conclusion, toute la nomenclature qui est connue à partir de sources historiques, Il est la preuve que la langue de l'ancienne Macédoine était grecque, parce qu'il y aurait en effet étrange à un autre, διαφορετική καθομιλουμένη και να μην υπάρχει ούτε η ελάχιστη ένδειξη γι’ αυτήν, ούτε καν στα ονόματα (et, En effet, ούτε σ’ εκείνο του αλόγου).

…ΤΗΝ ΠΑΙΔΕΙΑ

Οι δάσκαλοι και οι τροφοί του Αλέξανδρου, μας λέει ο μεγάλος βιογράφος, ήταν Έλληνες και η παιδεία την οποία έλαβε ελληνική: Επικεφαλής, από διοικητική άποψη, της ομάδας των παιδαγωγών του υπήρξε ο Λεωνίδας, συγγενής της Ολυμπιάδας και δεύτερος κατά σειράν ο Λυσίμαχος από την Ακαρνανία[17]. Ο κατ’ εξοχήν όμως παιδαγωγός και διαμορφωτής του έξοχου χαρακτήρα του Αλέξανδρου ήταν “ο των φιλοσόφων ενδοξότατος και λογιώτατος Αριστοτέλης”, για τον οποίο ο Αλέξανδρος έτρεφε -τουλάχιστον στην αρχή- ιδιαίτερο σεβασμό και αγάπη[18].

…ΤΑ ΑΝΑΓΝΩΣΜΑΤΑ

Ο Αλέξανδρος, “φύσει φιλόλογος και φιλομαθής και φιλαναγνώστης”, έτρεφε ιδιαίτερη αγάπη για την λογοτεχνία και ιδιαίτερα για την Ιλιάδα, αντίγραφο της οποίας, σχολιασμένο από τον Αριστοτέλη, είχε πάντοτε κοντά του και “μαζί με το σπαθί του έβαζε κάτω από το προσκέφαλο”.[19] Τα βιβλία που τον συντρόφευαν στην εκστρατεία “ήταν τα έργα του Φιλίστου, πολλές από τις τραγωδίες του Ευριπίδη, του Σοφοκλή και του Αισχύλου, καθώς και οι διθύραμβοι του Τελέστου και του Φιλόξενου”[20]. Η αγάπη του Αλέξανδρου για τον Πίνδαρο έσωσε, comme il sait, την ζωή των απογόνων του ποιητή από τον θάνατο, καθώς αυτοί εξαιρέθηκαν από εκείνους που σκοτώθηκαν ή πουλήθηκαν ως δούλοι μετά την καταστροφή των Θηβών[21].

ΤΙΣ ΑΡΧΕΣ

Η παιδεία του είχε ως βάση τα ελληνικά ιδεώδη της αρετής, της γνώσης[22], της φιλοτιμίας και της ανδρείας και για τον λόγο αυτόν “δεν επιθυμούσε ούτε ηδονή, ούτε πλούτο, αλλά αρετή και δόξα … και πράξεις σημαντικές”.Για τον ίδιο λόγο ήθελε η εξουσία του “να είναι απαλλαγμένη από χρήματα, χλιδή και απολαύσεις, αλλά να είναι πλούσια σε αγώνες, πολέμους και φιλοδοξίες”[23]. Θεωρούσε δουλοπρεπές να ζει κανείς στη χλιδή και βασιλικό το να σέβεται τους νόμους και να υποβάλλεται σε κόπους, σε περίοδο κατά την οποία όλος ο μη ελληνικός κόσμος της εποχής, ιδιαιτέρως δε οι Πέρσες και οι ανατολικοί λαοί, εκθείαζαν τη δύναμη της εξουσίας κα του χρήματος, εντρυφούσαν στις απολαύσεις, συσσώρευαν πλούτο και, όπως περιφρονητικά περιγράφει ο Ηρόδοτος, οι ηγέτες τους ζούσαν βυθισμένοι στην χλιδή, ακόμη και στην διάρκεια πολεμικών εκστρατειών.

… ΤΟ ΔΩΔΕΚΑΘΕΟ

Οι συχνές επισκέψεις στα ελληνικά μαντεία[24], αλλά και οι θυσίες στο δωδεκάθεο του Ολύμπου υπογραμμίζουν την ελληνοπρέπεια του ανδρός. Στην Ασία ίδρυσε, μας λέει ο Πλούταρχος, βωμούς θεών, που έμειναν για αιώνες σεβαστοί και στους οποίους προσεφέροντο ελληνικές θυσίες.[25]

… ΤΟΥΣ ΟΛΥΜΠΙΑΚΟΥΣ ΑΓΩΝΕΣ

Η μεγάλη αγάπη του Αλέξανδρου για την σωματική άσκηση, την άθληση και την στρατιωτική εκπαίδευση ήταν αποτέλεσμα της ελληνικής παιδείας την οποία είχε λάβει. Σε όσους μάλιστα τον παρακινούσαν, ενώ ακόμη δεν είχε διαδεχθεί τον πατέρα του, να λάβει μέρος στους Ολυμπιακούς αγώνες[26] απαντούσε ότι ασφαλώς θα το έκανε εάν είχε βασιλείς για ανταγωνιστές (ο Αλέξανδρος ήταν πολύ υπερήφανος για την βασιλική του προέλευση και απολύτως πεπεισμένος για την θεϊκή του καταγωγή). Πρόκειται εδώ για το γνωστό επιχείρημα, qui, επειδή στους Ολυμπιακούς αγώνες συμμετείχαν μόνον Έλληνες, δεν θα ήταν δυνατόν να γίνεται λόγος περί συμμετοχής, εάν ο Αλέξανδρος δεν ήταν Έλληνας[27].

…ΤΙΣ ΜΑΧΕΣ

Όπως προαναφέρεται, οι Έλληνες ονόμαζαν βαρβάρους όλους όσοι δεν ήσαν Έλληνες.[28] Ο αρχαίος κόσμος, donc, χωριζόταν από τους Έλληνες σε δύο κατηγορίες: στον ελληνικό και τον βαρβαρικό[29]. Από τα γεγονότα που έλαβαν χώρα στην αρχή της βασιλείας του Αλέξανδρου, ο Πλούταρχος μνημονεύει τους πολέμους του μεγάλου στρατηλάτη εναντίον των βαρβάρων προς βορράν και, σε αντιδιαστολή, τις μάχες εναντίον των Ελλήνων[30] -χωρίς από αυτό να μπορεί να στοιχειοθετηθεί, όπως επιχειρείται, ότι οι Μακεδόνες δεν ήσαν Έλληνες. Οι εν λόγω μάχες αναφέρονται με τη ίδια ακριβώς έννοια με την οποία τις βρίσκουμε στην περιγραφή του Πελοποννησιακού πολέμου από τον Θουκυδίδη: batailles, c'est-à-dire, για την διεκδίκηση της ηγεμονίας επί των Ελλήνων, από πλευράς Αθηναίων και Σπαρτιατών. Ceci, βεβαίως δεν σημαίνει ότι οι Αθηναίοι ή οι Σπαρτιάτες δεν ήσαν Έλληνες. La même chose se passe, κατ’ αναλογίαν και με τους Μακεδόνες, οι οποίοι διεκδίκησαν επίσης την ηγεμονία στον ελληνικό χώρο και ήσαν εξ ίσου Έλληνες, όσο οι Αθηναίοι και οι Σπαρτιάτες.

 

Alexander. Sarcophage de Sidon

…ΤΗΝ ΕΚΣΤΡΑΤΕΙΑ ΠΡΟΣ ΑΝΑΤΟΛΑΣ

Στην περιγραφή της προς ανατολάς εκστρατείας, η πρώτη αναφορά που συναντούμε έχει σχέση με την λήψη της μεγάλης απόφασης: Με ψήφισμα που έλαβε χώρα στον Ισθμό, οι Έλληνες αποφάσισαν να εκστρατεύσουν εναντίον των Περσών, ο δε Αλέξανδρος ανηγορεύθη αρχηγός τους[31]. Αρχηγός των Ελλήνων δεν θα ήταν, Bien sûr, δυνατόν να μην είναι Έλληνας.

(a). Ο Γρανικός

Την πρώτη μεγάλη νίκη στον Γρανικό έσπευσε ο Αλέξανδρος να κάνει γνωστή στέλνοντας στους Αθηναίους τριακόσιες ασπίδες αιχμαλώτων στις οποίες ανεγράφη το γνωστό επίγραμμα “Αλέξανδρος Φιλίππου και οι Έλληνες πλην Λακεδαιμονίων από των βαρβάρων των την Ασίαν κατοικούντων” [32]. Είναι ευνόητο ότι εάν οι Μακεδόνες δεν ήσαν Έλληνες, η αναγραφή παρόμοιου επιγράμματος δεν θα ήταν νοητή[33].

(b). Ο Οιωνός στην Λυκία

Μετά την κυρίευση των Σάρδεων, της Αλικαρνασσού και της Μιλήτου, αφηγείται ο Πλούταρχος, ο Αλέξανδρος δίσταζε ως προς την περαιτέρω πορεία της εκστρατείας. Et, parce que, comme il sait, έδινε ιδιαίτερη προσοχή στους οιωνούς, θεώρησε το ακόλουθο γεγονός ως σημείο οδηγητικό για τον σχεδιασμό της στρατηγικής του: Μία πηγή στην Λυκία, κοντά στην πόλη των Ξανθίων, “άλλαξε αιφνιδίως κοίτη από μόνη της, πλημμύρισε και από τον βυθό της έβγαλε χάλκινη πινακίδα με αρχαία γράμματα τα οποία δήλωναν ότι θα σταματήσει η κυριαρχία των Περσών όταν την καταλύσουν οι Έλληνες”. Ενθαρρυνθείς από αυτό ο Αλέξανδρος, μας λέει ο Πλούταρχος, έλαβε αμέσως αποφάσεις και προχώρησε νικηφόρα σε όλη την παραλία μέχρι την Φοινίκη και την Κιλικία[34]. Είναι προφανές ότι και το χωρίο αυτό της αφήγησης, αποτελεί απόδειξη για την καταγωγή του Αλεξάνδρου (και όλου του στρατεύματος), parce que, πώς θα ήταν δυνατόν να ενθαρρυνθεί ο Αλέξανδρος από το γεγονός αυτό εάν δεν θεωρούσε ό ίδιος τον εαυτό του Έλληνα (και το στρατό του ελληνικό).

(c). Η Αλεξάνδρεια

Μετά την κατάκτηση της Αιγύπτου “εβούλετο πόλιν μεγάλην και πολυάνθρωπον Ελληνίδα συνοικίσας επώνυμον εαυτού καταλιπείν[35]”. Η διάδοση του ελληνικού πολιτισμού ήταν ο σκοπός της εκστρατείας του Αλέξανδρου και τούτο αποδεικνύεται, entre autres, από την απόφαση για την ίδρυση της μεγάλης αυτής, ελληνικής, όπως την ήθελε ο Αλέξανδρος, πόλης. Ο σχεδιασμός και το κτίσιμο της Αλεξάνδρειας περιγράφεται από τον Πλούταρχο με τρόπο συναρπαστικό[36].

(d). Στο ιερό του Άμμωνος Διός

Το επόμενο επεισόδιο βρίσκει τον Αλέξανδρο, μετά την μεγαλειώδη και μυστηριακή πορεία του στρατού στην έρημο, ενώπιον του ιερέα του ναού του Άμμωνος Διός, ο οποίος, “Ελληνιστί βουλόμενος προσειπείν μετά τινος φιλοφροσύνης «ω παιδίον», από βαρβαρισμό τον τελευταίο φθόγγο τον πρόφερε ως σίγμα, με αποτέλεσμα να πει «ω παιδίος», που ερμηνεύθηκε «ω παι Διός», ένα ακόμη σημείο, για τους οιωνοσκόπους, της θεϊκής καταγωγής του Αλέξανδρου. Τι νόημα θα είχε, αλήθεια, η φιλόφρων προσφώνηση στα ελληνικά, από τον ιερέα του Άμμωνος, εάν ο Αλέξανδρος δεν ήταν Έλληνας?

(e). Στα Γαυγάμηλα

Για την περιγραφή της έναρξης της αποφασιστικής μάχης στα Γαυγάμηλα, όπου ηττήθηκε οριστικά ο στρατός του Πέρση βασιλέως, ο Πλούταρχος επικαλείται μαρτυρία του Καλλισθένη, κατά την οποία, ο Αλέξανδρος “έκανε επίκληση στους θεούς και ευχόταν, εάν πράγματι είχε γεννηθεί από τον Δία, να προσφέρουν βοήθεια και ενίσχυση στους Έλληνες” [37].

Και όταν, par la suite, ο Αλέξανδρος κάθισε στον βασιλικό θρόνο των Περσών, ο Δημάρατος ο Κορίνθιος δάκρυσε από την συγκίνηση και είπε: “Πόσο μεγάλη ευχαρίστηση στερήθηκαν οι Έλληνες που πέθαναν, πριν δουν στον θρόνο του Δαρείου να βρίσκεται καθισμένος ο Αλέξανδρος” [38]. Πώς θα ήταν δυνατόν να χαρούν οι Έλληνες τόσο πολύ ώστε να καταγραφεί, στην διήγηση του Πλουτάρχου, ένα τέτοιο σχόλιο, εάν ο Αλέξανδρος δεν ήταν και αυτός Έλληνας?

(f). Η διάδοση της ελληνικής

Την εποχή που ο Αλέξανδρος άρχισε να υιοθετεί στοιχεία του τρόπου ζωής των ανθρώπων της Βαβυλώνας, είχε ήδη συνειδητοποιήσει ότι η σύμμιξη πολιτισμικών στοιχείων θα διευκόλυνε την επικοινωνία και τις επαφές μεταξύ των ντόπιων και του στρατού του, κατά τρόπον ώστε να εξασφαλισθεί σταθερότητα, που θα μπορούσε να διατηρηθεί και μετά το θάνατό του. Pour cette raison, διηγείται ο Πλούταρχος, αφού επέλεξε τριάντα χιλιάδες παιδιά έδωσε διαταγή να μάθουν ελληνικά[39]. Πώς, αλήθεια και γιατί ο Αλέξανδρος θα προέβαινε σε μια τέτοια κίνηση, εάν δεν ήταν και ο ίδιος Έλληνας? Η διάδοση της ελληνικής γλώσσας απετέλεσε πολιτιστική προσφορά, με αυταπόδεικτη παιδευτική αξία για τους λαούς της περιοχής. Με την απόφαση αυτή τέθηκαν τα θεμέλια για την διαμόρφωση και την διάδοση της κοινής ελληνικής, η οποία κυριάρχησε, όπως είναι γνωστό στον ελληνιστικό κόσμο, μετά τον θάνατο του Αλέξανδρου.

(g). Για την δόξα των Αθηναίων

Προς το τέλος της βιογραφίας συναντούμε μία από τις περισσότερο ανάγλυφες μαρτυρίες, στο έργο του Πλούταρχου, αναφορικώς προς την ελληνοπρέπεια του Αλέξανδρου: Μετά την είσοδο του στρατού στην Ινδία και κατά την διάβαση του ποταμού Υδάσπη (στην άλλη όχθη του οποίου βρισκόταν παρατεταγμένος ο στρατός του βασιλιά Πώρου) νύχτα και με καταιγίδα, –ραγδαίου εκχυθέντος όμβρου-, είχε ανέβει η στάθμη των υδάτων, διερράγη η κοίτη και μεγάλη ποσότητα νερού έκανε το έδαφος από το οποίο περνούσε ο Αλέξανδρος και οι συμπολεμιστές του, ολισθηρό και με ρωγμές. Τη στιγμή εκείνη, αφηγείται ο Πλούταρχος, άκουσαν τον Αλέξανδρο να αναφωνεί: “Άραγε Αθηναίοι, θα πιστεύατε πόσο μεγάλους κινδύνους διατρέχω για τη δική σας δόξα?”[40] Πόσο μεγαλύτερη διαβεβαίωση απ’ αυτήν θα χρειαζόταν άρα γε και ο πλέον δύσπιστος παρατηρητής για να πεισθεί ότι ο Αλέξανδρος αγωνιζόταν συνειδητά, σαν Έλληνας που ήταν, για το μεγαλείο της Ελλάδος, όπως αυτό εκφραζόταν από την λαμπρότητα που ακτινοβολούσε το μεγάλο μητροπολιτικό κέντρο που εξακολουθούσε εκείνη την εποχή να είναι η πόλη των Αθηνών?

67979_506607349371553_1893018448_n

J V. Ο ΑΡΡΙΑΝΟΣ

Από το έργο του Αρριανού, πλήρες και αυτό αποδείξεων για την ελληνική καταγωγή και την ελληνοπρέπεια του Αλέξανδρου και των Μακεδόνων, συγκρατούνται επίσης ορισμένες μόνον αναφορές, αφού είναι αδύνατον να συμπεριληφθούν όλες σε μία επιλεκτική, όπως η παρούσα, προσέγγιση:

Σημειώνεται παρεμπιπτόντως, ότι στην διήγηση των γεγονότων, οι Μακεδόνες, ενώ έχουν τις περισσότερες σε αριθμό αναφορές, εμφανίζονται, Cependant, ως μία από τις ελληνικές οντότητες, όπως όλες οι άλλες (: ‘ιππείς δε Μακεδόνων ες τριακοσίους, και Θεσσαλών ιππείς διακόσιοι, Ηλείων δε εκατόν και πεντήκοντα’ – Βιβλίο Α’, 29).

(a). Οι μηδίσαντες Έλληνες

Mετά τη μάχη του Γρανικού, Αθηναίοι Πρέσβεις παρεκάλεσαν τον Αλέξανδρο να ελευθερώσει τους Έλληνες που είχαν εκστρατεύσει με τους Πέρσες και αιχμαλωτίσθηκαν. Ο Αλέξανδρος, Bien que, αναφέρει ο Αρριανός, “θεώρησε ότι δεν είναι ασφαλές να σταματήσουν να τον φοβούνται οι Έλληνες που δεν δίστασαν να εκστρατεύσουν εναντίον των Ελλήνων, στο πλευρό των βαρβάρων, για όσο διάστημα θα διαρκούσε η εκστρατεία του εναντίον των Περσών”[41]. Πώς θα ήταν δυνατόν να φοβούνται την μήνι του Αλέξανδρου οι μηδίσαντες Έλληνες, αν ο Αλέξανδρος, δεν ήταν ο ίδιος Έλληνας?

(b). Εις Μακεδονίαν και εις την άλλην Ελλάδα

Μετά την μάχη της Ισσού, όπου νικήθηκε κατά κράτος και ετράπη σε άτακτη φυγή ο Δαρείος και την οποία αφηγείται λεπτομερώς και με γλαφυρότητα ο Αρριανός, ο Πέρσης βασιλεύς έστειλε επιστολή στον Αλέξανδρο με την οποία του ζήτησε την σύναψη φιλίας και συμμαχίας, καθώς και την επιστροφή της αιχμάλωτης οικογένειάς του (μητέρα, γυναικαδέλφη και παιδιά).

Στην απαντητική του επιστολή ο Αλέξανδρος του ζήτησε να πάει ο ίδιος (Darius) να ζητήσει αυτοπροσώπως την οικογένειά του, του κατέστησε σαφές ότι κυρίαρχος της Ασίας ήταν, maintenant, ο ίδιος ο Αλέξανδρος και του απαγόρευσε να του απευθύνεται ως ίσος προς ίσον. Το περιεχόμενο της επιστολής του Αλέξανδρου, όπως το καταγράφει ο Αρριανός, αρχίζει με κατηγορητήριο εναντίον του Δαρείου ως εξής: “Oι υμέτεροι πρόγονοι ελθόντεςεις Μακεδονίαν και εις την άλλην Ελλάδα κακώς εποίησαν ημάς ουδέν προηδικημένοι. Εγώ δε των Ελλήνων ηγεμών κατασταθείς και τιμωρήσασθαι βουλόμενος Πέρσας διέβην ες την Ασίαν … και παρά των σου πεμφθέντων … την ειρήνην, ην τοις Έλλησι κατεσκεύασα, διαλύειν επιχειρούντων – εστράτευσα επί σε ”[42].

Το απόσπασμα αυτό της επιστολής του ίδιου του Αλέξανδρου, όπως το περιγράφει ο Αρριανός- αρκεί για να σταματήσει κάθε συζήτηση.

(c). Υπέρ των Ελλήνων δίκας λαβείν

Με την είσοδο της στρατιάς στα Σούσα, ο Αρριανός αναφέρει ότι ο Αλέξανδρος πήρε τα υπάρχοντα του Πέρση βασιλιά, μεταξύ αυτών δε τις χάλκινες προτομές των τυραννοκτόνων Αρμόδιου και Αριστογείτονα (τις οποίες είχε πάρει ο Ξέρξης από την Ελλάδα) και τις έστειλε πίσω στην Αθήνα, όπου τοποθετήθηκαν στον Κεραμεικό[43]. (Είναι γνωστό ότι η κατάργηση της τυραννίδος εθεωρείτο ορόσημο στην ιστορία των Αθηνών και για τον λόγο αυτό οι τυραννοκτόνοι ετιμώντο περισσότερο και από τους επιφανέστερους ήρωες). Σε άλλο σημείο όπου φαίνεται επίσης καθαρά ότι ο Αλέξανδρος ήθελε να εκδικηθεί για τα δεινά που υπέστη η Ελλάδα από τις εκστρατείες των Περσών, ο ιστορικός αναφέρει ότι, μόλις έφθασε στους Πασαργάδες, πυρπόλησε τα ανάκτορα παρά τις περί του αντιθέτου συμβουλές του Παρμενίωνα, ο οποίος δεν ήθελε να θεωρηθεί ότι ο Αλέξανδρος έφθανε στην Ασία ως επιδρομέας και κατακτητής. Ο Αλεξανδρος, όμως -αφηγείται ο Αρριανός-απάντησε ότι ήθελε να τιμωρήσει τους Πέρσες, επειδή επιτέθηκαν κατά της Ελλάδος, κατέσκαψαν την Αθήνα, έκαψαν τα ιερά και προκάλεσαν πολλές συμφορές στους Έλληνες. ‘Υπέρ τούτων δίκας λαβείν[44]’. Με ποια νομιμοποίηση, does, εάν ο Αλέξανδρος δεν ήταν, lui-même, Έλληνας?

(d). Ο Καλλισθένης

Στο τέταρτο βιβλίο, στο μέρος της αφήγησης, όπου ο Αρριανός αναφέρεται στις παρεκτροπές του Αλέξανδρου προς συνήθειες και ήθη περσικά, παρατίθενται οι ευθύβολοι λόγοι του τολμηρού φιλόσοφου Καλλισθένη, από την Όλυνθο, μαθητή του Αριστοτέλη, σε απάντηση όσων είχε πει ο Ανάξαρχος, υπέρ της αξίωσης του Αλέξανδρου να τον προσκυνούν, αξίωση την οποία είχαν ενθαρρύνει σοφιστές και επιφανείς Μήδοι και Πέρσες στην αυλή του. “… ο γιος του Φιλίππου, απόγονος του Ηρακλή και του Αιακού, που οι πρόγονοί του ήρθαν από το Άργος στην Μακεδονία και διετέλεσαν άρχοντες των Μακεδόνων με το νόμο και όχι με τη βία…. Και αν πρέπει να σκεφτόμαστε όπως οι βάρβαροι, επειδή είμαστε σε βαρβαρική γη, εγώ, Alexander, απαιτώ από σένα να θυμηθείς την Ελλάδα, που για χάρη της έκανες όλη την εκστρατεία, για να θέσεις την Ασία κάτω από την κυριαρχία των Ελλήνων. Σκέψου όταν ξαναγυρίσεις στην Ελλάδα, μήπως θα εξαναγκάσεις και τους Έλληνες, ‘τους ελευθερωτάτους, εις την προσκήνυσιν’? Ή θα αποτραβηχτείς από τους Έλληνες και θα προσθέσεις στους Μακεδόνες αυτή την ατιμία? OU, does, θα ξεχωρίσεις μια και καλή τις τιμές και θα τιμάσαι ελληνοπρεπώς μεν από τους Έλληνες, βαρβαρικώς, de, από τους βαρβάρους”[45]?

Το προαναφερόμενο απόσπασμα μιλά επίσης από μόνο του.

(e). Για την ελευθερία των Ελλήνων

Όταν έστειλε πίσω στην Έλλάδα τους Μακεδόνες που δεν μπορούσαν πλέον να πολεμήσουν λόγω ηλικίας, ασθένειας ή τραυματισμού, με επικεφαλής τον πιστότερο σύντροφό του, στον στρατηγό Κρατερό, του ζήτησε ‘να οδηγήσει τους στρατιώτες πίσω και να αναλάβει τις υποθέσεις της Θράκης, de Macédoine, της Θεσσαλίας και την περιφρούρηση της ελευθερίας των Ελλήνων[46]’.

(f). Ένας Έλληνας στην Αρμόζεια

Στην ‘Ινδική’, το βιβλίο όπου ο Αρριανός περιγράφει τον πλου του Νεάρχου, από τον Ινδό ποταμό μέχρι τα Σούσα, δια του Ινδικού Ωκεανού και του Περσικού κόλπου, (ένα συναρπαστικό ταξιδιωτικό ανάγνωσμα), αξιοσημείωτο είναι ένα απόσπασμα, χαρακτηριστικό της απανταχού παρουσίας του ελληνικού στοιχείου:

Μετά από ταλαιπωρίες μηνών, η παράτολμη εξερεύνηση συνεχιζόταν. “Ξεκίνησαν πάλι με το χάραμα, πέρασαν εκατό στάδια και άραξαν κοντά στον ποταμό Άναμη, σε μια περιοχή που ονομαζόταν Αρμόζεια. Εκεί υπήρχαν άφθονα τα πάντα, εκτός από ελιές. Τα πληρώματα κατέβηκαν για να ξεκουρασθούν, χαρούμενοι που έπαψαν οι ταλαιπωρίες τους. Θυμήθηκαν τα παθήματα στην θάλασσα, τη χώρα των ιχθυοφάγων, τις ερημιές από τις οποίες πέρασαν, τη θηριωδία φυλών που συνάντησαν, αλλά και τα δικά τους προβλήματα. Μερικοί σκόρπισαν και προχώρησαν στο εσωτερικό για να εξερευνήσουν. Εκεί είδαν κάποιον που φορούσε ελληνική χλαμύδα, φερόταν όπως οι Έλληνες και μιλούσε ελληνικά. Οι πρώτοι που τον είδαν έβαλαν τα κλάματα. Τόσο αναπάντεχο τους φάνηκε, μετά από τόσες συμφορές, να αντικρύσουν ένα Έλληνα και να ακούσουν την ελληνική γλώσσα. Τον ρώτησαν από πού έρχεται και ποιος είναι. Τους είπε ότι είχε φύγει από το στρατόπεδο του Αλέξανδρου και ότι το στρατόπεδο και ο ίδιος ο Αλέξανδρος δεν είναι μακριά. Χειροκροτώντας και φωνάζοντας τον πήγαν στον Νέαρχο. Του είπε τα πάντα. Το στρατόπεδο απείχε πέντε ημερών δρόμο από την θάλασσα.”[47]

 

φορώντα τα κέρατα του Άμμωνα

(g). Οι Μακεδόνες τριήραρχοι

Στην περιγραφή των προετοιμασιών για τον διάπλου, ο Αρριανός αναφέρει ονομαστικά τους τριήραρχους, αναφέροντας την πόλη από την οποία προέρχονταν. Σε σχέση με τους Μακεδόνες[48] οι αναφερόμενες πόλεις ευρίσκονται στην περιοχή της Πιερίας, της Ημαθίας, της Χαλκιδικής (Pella, Amphipolis, Ορεστιάδα, Εορδαία, Pydna, Μίεζα –νοτίως, προς τη Θεσσαλία- Aigai, Αλκομενές, Veroia, Τύμφη, Αλωρίδα). Σε μία τυχαία, όπως αυτή, παράθεση μακεδονικών πόλεων, est, χωρίς αμφιβολία, αξιοσημείωτο ότι ούτε μία δεν ξεφεύγει από τον γεωγραφικό χάρτη, όπως μας τον περιγράφει ο Θουκυδίδης, που τοποθετεί, όπως προαναφέρεται, την Μακεδονία εξ ολοκλήρου μέσα στην ελληνική επικράτεια και μάλιστα σε ικανή απόσταση από τα σημερινά, προς βορράν, σύνορα.

  1. O ΔΗΜΟΣΘΕΝΗΣ

Le, κατά γενική ομολογία, χαρακτηριστικώτερο γνώρισμα του Δημοσθένη υπήρξε η σφοδρότητα των αντιμακεδονικών του αισθημάτων, η οποία και προσδιόρισε –περισσότερο απ’ οτιδήποτε άλλοτο πολιτικό στίγμα του ανδρός. Η οξυδέρκεια και η πολιτική του σοφία οδήγησαν τον Δημοσθένη, πολύ πριν από τους συμπολίτες του, στη συνειδητοποίηση της αναπόφευκτης, εν τέλει, επικράτησης των Μακεδόνων. Η νοσταλγία του μεγαλείου των Αθηνών, η οποία βασάνιζε το ρήτορα -φλογερό πατριώτη σε μια εποχή ύφεσης, χαλαρότητας και αδιαφορίας για τα κοινά- και η προσκόλλησή του στο ιδεώδες της ελευθερίας και της δημοκρατίας, ανέδειξαν τον πολιτικό αυτόν άνδρα, ως τον μεγαλύτερο πολέμιο του Φιλίππου, στην πολιτική του οποίου διέβλεπε το οριστικό τέλος της Αθηναϊκής ηγεμονίας και την μεγαλύτερη απειλή για το δημοκρατικό πολίτευμα. Τα προαναφερόμενα διαγράφονται ανάγλυφα στους σχετικούς με το θέμα ρητορικούς του λόγους -τρεις Ολυνθιακούς και τέσσερις κατά Φιλίππου. Στον τρίτο κατά Φιλίππου, Bien que, η έξαρση του πάθους του εναντίον του Μακεδόνα βασιλιά, οδηγεί το Δημοσθένη στην διατύπωση χαρακτηρισμών[49] που χρησιμοποιήθηκαν ως βάση κατασκευής θεωριών περί μη ελληνικότητας της δυναστείας των Μακεδόνων.

Η μελέτη του συνόλου των λόγων του Δημοσθένη, παρά ταύτα, δεν αφήνει οποιαδήποτε αμφιβολία ότι τα προαναφερόμενα είναι ξέσπασμα ρητορικού πάθους, το οποίο δεν έχει σχέση με την ιστορική αλήθεια. Dansκαμμία άλλη ομιλία δεν υπάρχει οποιαδήποτε αντίστοιχη αναφορά, καθώς σε όλες είναι φανερό ότι ο ρήτορας βλέπει τον Φίλιππο όχι ως αλλόφυλο εχθρό, αλλά ως αντίπαλο των Αθηνών, με τον τρόπο που ήταν, παλαιότερα, αντίπαλος η Σπάρτη (πριν και μετά το τέλος του Πελοποννησιακού πολέμου). Είναι ιστορικά αποδεδειγμένο ότι παρόμοιες παρεκτροπές εξυπηρετούσαν, κατά κανόνα, την προώθηση στενώς εννοουμένων παραταξιακών σκοπών, σε μία ταραγμένη, πολιτικά και παρακμάζουσα Αθήνα. Είναι αξιοσημείωτο, ότι οι χαρακτηρισμοί αποδόθηκαν από το Δημοσθένη όχι στο λαό της Μακεδονίας, αλλά μόνο στον Φίλιππο. Είναι χαρακτηριστικό ότι το πάθος του Δημοσθένη ήταν τέτοιο, ώστε δεν δίστασε να καλέσει τους Αθηναίους σε σύμπραξη με αυτούς ακόμη τους Πέρσες εναντίον του Φιλίππου[50], σε εποχή κατά την οποία ο Isocrate, ο μεγάλος δάσκαλος της ρητορικής, προσέβλεπε προς τους βασιλείς της Μακεδονίας καλώντας σε πανελλήνια συστράτευση, υπό την ηγεσία τους, εναντίον των Περσών – η οποία και πραγματοποιήθηκε, εν τέλει, υπό τον Αλέξανδρο.

  1. Ο ΙΣΟΚΡΑΤΗΣ

(a). Ες την Ασίαν τον πόλεμον εξενεγκείν

Σε επιστολή του, η οποία γράφθηκε λίγο μετά τη μάχη της Χαιρωνείας[51], ο Ισοκράτης προτρέπει με θέρμη τον Φίλιππο: “… να συμφιλιώσεις την Αθήνα με τη Σπάρτη, τη Θήβα και το Άργος και να φέρεις την ομόνοια στους Έλληνες[52]… να βάλουν ένα τέλος στην παραφροσύνη και την απληστία που χαρακτηρίζουν τις μεταξύ τους σχέσεις και να μεταφέρουν τη διεξαγωγή του πολέμου στην Ασία”. Από την επιστολή προκύπτει ότι μεγάλη μερίδα της κοινής γνώμης στην Αθήνα πίεζε για την προώθηση της ιδέας της εκστρατείας κατά των Περσών υπό τον Φίλιππο διότι –γράφει ο Ισοκράτης “…κανένα επίτευγμα δεν θα μπορούσε να είναι πιο ωραίο, πιο χρήσιμο για τους Έλληνες και πιο κατάλληλο για τις ιστορικές συγκυρίες” [53]. Και παρακάτω: Να είσαι σίγουρος ότι τότε θα αποκτήσεις δόξα αξεπέραστη και αντάξια των επιτευγμάτων σου όταν θα εξαναγκάσεις τους βαρβάρους … να είναι δούλοι των Ελλήνων και όταν υποχρεώσεις το βασιλιά που τώρα τον αποκαλούν μεγάλο να κάνει ό,τι του διατάξεις εσύ. Τότε δεν θα σου απομένει τίποτε άλλο από το να γίνεις θεός” [54].

Δεν θα ήταν, βεβαίως δυνατό να μιλά για πόλεμο των Ελλήνων κατά των βαρβάρων ο Ισοκράτης -ο επιφανέστερος διδάσκαλος της ρητορικής και ο μεγαλύτερος υπερασπιστής του ηθικού μεγαλείου του αθηναϊκού πολιτεύματος- εάν ο Φίλιππος δεν ήταν Έλληνας και η Μακεδονία δεν ήταν και εκείνη αναπόσπαστο μέρος της Ελλάδος[55].

(b). Η Αθήνα προστάτις των προγόνων των Μακεδόνων βασιλέων

Άξιο ιδιαίτερης αναφοράς είναι επίσης το γεγονός, ότι εξυμνώντας το μεγαλείο των Αθηνών, ο Ισοκράτης δείχνει ότι η πόλη υπήρξε πάντοτε η προστάτις όλων των Ελλήνων. Προς τούτο μάλιστα ανατρέχει στους προ του Τρωικού πολέμου χρόνους, parce que, όπως γράφει, “από τόσο παλιά πρέπει να ανασύρουν τις αποδείξεις εκείνοι που θέλουν να υπερασπισθούν την πατρίδα τους[56] (Ceci, παρενθετικώς, προς απάντηση όσων απαξιώνουν την Ιστορία, όταν πρόκειται να αναιρεθούν αβάσιμοι ισχυρισμοί τους). Σε αυτήν λοιπόν την αναδρομή, ο μεγάλος ρητοροδιδάσκαλος περιγράφει, πώς οι απόγονοι του Ηρακλή (και πρόγονοι των Μακεδόνων βασιλέων), καταδιωκόμενοι από τους Πελοποννησίους με επικεφαλής τον Ευρυσθέα “θεώρησαν την Αθήνα ως την μόνη ικανή να ξεπληρώσει τις υπηρεσίες που ο πατέρας τους είχε προσφέρει σε όλους τους ανθρώπους”. Nos ancêtres, συνεχίζει ο Ισοκράτης, βάδισαν εναντίον τους, τους νίκησαν και έθεσαν τέλος σε αυτήν την ύβρη[57]: εξ ου και ο ιδιαίτερος σεβασμός που οι Μακεδόνες βασιλείς και, ειδικώτερα, ο Αλέξανδρος έτρεφαν πάντοτε για την Αθήνα.

  1. O ΠΟΛΥΒΙΟΣ

(a). Υπήκοον την Ασίαν εποίησεν τοις Έλλησι

Στο ένατο βιβλίο των Ιστοριών του ο Πολύβιος αναφέρεται, entre autres, στη συμμαχία των Αιτωλών με τους Ρωμαίους εναντίον του Φιλίππου του Ε’ της Μακεδονίας, των Αχαιών, των Ακαρνάνων και των συμμάχων τους (210 par exemple). Σε ομιλία του ενώπιον της συνέλευσης των Λακεδαιμονίων, ο εκπρόσωπος του κοινού των Ακαρνάνων Λυκίσκος, προσπαθεί να αποτρέψει τους Σπαρτιάτες από του να συμμαχήσουν με τους Αιτωλούς και τους Ρωμαίους εναντίον των Μακεδόνων και των Αχαιών: Στον Αιτωλό Χλεναία, ο οποίος είχε προηγουμένως μιλήσει υπέρ της συμμαχίας των Σπαρτιατών με τους εχθρούς του Φιλίππου, dit: Τον Αλέξανδρο που τιμώρησε τους Θηβαίους, επειδή πίστεψε ότι αδικείται, τον κατηγόρησες αυστηρά. Το ότι όμως πήρε εκδίκηση από τους Πέρσες για την προσβολή που έκαναν σε όλους τους Έλληνες, δεν το ανέφερες, ούτε το ότι μας απάλλαξε όλους από κοινές και μεγάλες συμφορές, υποδουλώνοντας τους βαρβάρους και αφαιρώντας τους τα μέσα με τα οποία κατέστρεφαν την Ελλάδα … και τελικά υπέταξε (Alexander) την Ασία στους Έλληνες” [58]. Στην ίδια ομιλία ο Πολύβιος γράφει ότι ο Λυκίας αναρωτήθηκε : “… ποια και πόσο μεγάλη τιμή αξίζουν οι Μακεδόνες, οι οποίοι τον περισσότερο χρόνο της ζωής τους δεν σταματούν να αγωνίζονται εναντίον των βαρβάρων για την ασφάλεια των Ελλήνων? Ότι πάντοτε η Ελλάδα θα αντιμετώπιζε μεγάλους κινδύνους, αν δεν είχαμε για προπύργιο τους Μακεδόνες και την φιλοτιμία των βασιλέων τους, ποιος δεν το γνωρίζει? …”

(b). Προς Αχαιούς και Μακεδόνας ομοφύλους …

Στην ίδια ομιλία ο Λυκίας συμπληρώνει απευθυνόμενος στους Λακεδαιμονίους: “τότε αγωνιζόσαστε με ζήλο για την ηγεμονία και τη δόξα απέναντι σε ομοφύλους σας, τους Αχαιούς και τους Μακεδόνες … τώρα όμως το θέμα είναι η υποδούλωση των Ελλήνων σε αλλοφύλους (c'est-à-dire. les Romains)[59].

Η επανειλημμένη αναφορά στους ομοφύλους Μακεδόνες -στο ίδιο επίπεδο με τους Αχαιούς- και σε αντιδιαστολή προς τους αλλοφύλους, δηλώνει σαφώς περί της εθνικότητας των πρώτων.

KAI O KHALED HOSSEINI

Η περιδιάβαση στα της Μακεδονίας και του Αλέξανδρου συμπληρώθηκε αναπάντεχα με ένα εύρημα στο best seller του ΑφγανοΑμερικανού συγγραφέα Khaled Hosseini με τίτλο ‘Οne Thousand Splendid Suns’. Eκτός από τις αναφορές στην καθημερινότητα του Αφγανιστάν (πριν από τον εισβολή της Ρωσσίας) που κάνουν λόγο για συνήθειες όπως κόκκινα αυγά, εδέσματα με γιαούρτι και αγγούρι, διαγωνισμούς με χαρταετούς (σαν και αυτούς που γίνονταν παλαιότερα στην ελληνική επαρχία) και άλλα συναφή, στην ηρωίδα εξηγούν ότι οι άνθρωποι πρέπει να σέβονται και να εφαρμόζουν απαρεγκλίτως το νόμο (κατ’ εξοχήν ελληνική ηθική και πολιτική αρχή, η βάση και ο στυλοβάτης της αθηναϊκής δημοκρατίας). Και όπως συχνά στο κείμενο, ο συγγραφέας παραθέτει την αφγανική λέξη: qanoon[60]: ‘Kανών’, apparemment (και έχουμε εδώ μια παράπλευρη απόδειξη για την μακρά εκφορά των μακρών φωνηέντων όπως το ωμέγα). Θα είχε, Peut-être, ενδιαφέρον η πραγματοποίηση μιας συγκριτικής γλωσσολογικής μελέτης μεταξύ της ελληνικής και των γλωσσών των χωρών από όπου πέρασε η στρατιά του Αλέξανδρου, η οποία διέδωσε την γλώσσα και τον πολιτισμό της Ελλάδος στα βάθη της Ασίας. ‘Προς δόξαν των Αθηναίων’, όπως δηλώνει ο Πλούταρχος…

ΕΠΙΛΟΓΟΣ

Τα προαναφερόμενα είναι ορισμένα μόνον από τα στοιχεία στην αφήγηση του Ηρόδοτου, του Θουκυδίδη, του Πλούταρχου, Arrien, του Πολύβιου, αλλά και στα κείμενα του Δημοσθένη και του Ισοκράτη, που μιλούν, εμμέσως ή και σαφώς, για την καταγωγή του Μεγάλου Αλεξάνδρου. Η αξία της ιστορικής αλήθειας, όπως καταγράφεται σε έργα σαν αυτά, est, για τα έθνη που έχουν μεγάλη παράδοση, ιερή και απαραβίαστη. Για νεόκοπες, Bien que, pays, οι οποίες βρίσκονται σε αναζήτηση ταυτότητας και προσπαθούν να χτίσουν οντότητα σε βάρος της Ιστορίας, η αξία της αλήθειας είναι σχετική και μεταβαλλόμενη. Για τις τελευταίες αυτές περιπτώσεις, ιστορικά μεγέθη όπως οι προαναφερόμενοι αρχαίοι Έλληνες συγγραφείς, επιφυλάσσουν, από τα βάθη των αιώνων, ετυμηγορίες αμετακλήτως καταδικαστικές στην συνείδηση όλων εκείνων που ξέρουν και επιμένουν να θυμούνται.

[1] Ο Έλληνας ήταν γιος του Δευκαλίωνος. (Γιοί του Έλληνα ήταν ο Ίων, ο Αίολος, ο Δώρος και ο Ξούθος).

[2] Θουκυδίδου Ιστορίαι, Βιβλίο Α’, ΙΙΙ «… ουδέ μη βαρβάρους είρηκε δια το μηδέ Έλληνάς πω αντίπαλον εις έν όναμα αποκεκρίσθαι.»

[3] Αλέξανδρος Ρ. Ραγκαβής, ‘Λεξικόν της Ελληνικής Αρχαιολογίας’, Τόμος Α, λήμμα ‘Ελλάς’.

[4] Θουκυδίδου Ιστορίαι, Βιβλίο Β’, XCIX.

[5] Στον ελληνικό σήμερα χώρο, δυτικά της Ημαθίας.

[6] Nοτίως της Καστοριάς (Ελιμαία λίμνη)

[7] ‘Αλεξάνδρου Ανάβασις’ Αρριανός, βιβλίο Β’, 7, ΣΕΛ. 148 ‘Οι Έλληνες’ Εκδόσεις ‘Χατζόπουλος’

[8] ‘Οι πρόγονοι του οποίου ήσαν ‘οι Τημενίδαι το αρχαίον όντες εξ Άργους’ Θουκυδίδης XCIX.

[9] Τα στοιχεία των ιστορικών πηγών καταγράφονται λεπτομερώς στο ‘Λεξικό της Ελληνικής Αρχαιολογίας’ του Αλέξανδρου Ρ. Ραγκαβή υπό το λήμμα ‘Μακεδονία’.

[10] Ο Αμύντας είχε υποταγεί κατά την εκστρατεία του Δαρείου του Υστάσπη. Σύμμαχοι των Περσών ήσαν οι μηδίσαντες Βοιωτοί, Θεσσαλοί και Αργείοι.

[11] «…αυτός τε γαρ Έλλην γένος ειμί τωρχαίον, και αντ’ ελευθέρης δεδουλωμένην ουκ αν εθέλοιμι οράν την Ελλάδα.» Hérodote, Βιβλίο Θ’– Καλλιόπη, ch. 44 – 45, ΣΕΛ. 174 – 176, ‘Αρχαίοι Συγγραφείς’, Εκδόσεις Ζήτρος.

[12] Ο Αλέξανδρος ο Α’ ήταν ο πατέρας του Αμύντα του Β’, υιοί του οποίου ήσαν ο Αλέξανδρος ο Β’, και ο Φίλιππος, πατέρας του Μεγάλου Αλεξάνδρου.

[13] Hérodote, Histoire 8, Ourania 139, Εκδόσεις Χατζόπουλου ‘Οι Έλληνες’.

[14] Ο Κάρανος, Argos, απόγονος του Ηρακλή, κυρίευσε πόλη κοντά στην Έδεσσα, στην οποία έδωσε το όνομα ‘Αιγαί’ και ίδρυσε εκεί την Μακεδονική δυναστεία. Επ’ αυτού συμφωνεί και ο Αρριανός.

[15] Chapitre 2. εδάφιο 2. Οι παραπομπές χωρίς προσδιορισμό της πηγής, στο παρόν κεφάλαιο, αφορούν στο έργο του Πλούταρχου «Βίοι Παράλληλοι , Αλέξανδρος – Καίσαρ» από τις Εκδόσεις Αρχαίας Ελληνικής Γραμματείας ‘Οι Έλληνες’ του Οδυσσέα Χατζόπουλου.

[16] Arrien, Anabase Alexandrou, Βιβλίο Ε’ 19, Εκδόσεις ‘Οι Έλληνες’ Οδυσσέα Χατζόπουλου.

[17] Ch. 5, εδ. 7,8. Ο Λυσίμαχος παρομοίαζε τον Αλέξανδρο με τον Αχιλλέα, τον Φίλιππο με τον Πηλέα και τον ευατό του με τον Φοίνικα, δάσκαλο του Αχιλλέα.

[18] Ch. 8, εδ. 4: « Aristotelin se demandant pas au début et moins uh aime son père, comme par une main en direct, Par conséquent vivre pas bien;.

[19] Ch. 8, εδ. 2.

[20] Ch. 8, εδ. 3.

[21] Ch. 11, εδ. 12.

[22] Και μάλιστα της επιστημονικής – ο Αλέξανδρος είχε ιδιαίτερη κλίση στην ιατρική (Ch. 8).

[23] Ch. 5, εδ. 6.

[24] Ch. 14, εδ. 6.

[25] Ch. 62. εδ. 8.

[26] Ήταν ωκύπους.

[27] Τιμές νοητές μόνο προς Έλληνες είχαν αποδοθεί, σε Ολυμπιακούς Αγώνες, ήδη στον προπάππου του Αλέξανδρου, Αλέξανδρο τον Α’.

[28] Η ετυμολογία της λέξεως ‘βάρβαρος’ δηλώνει το ακατάληπτο, από γλωσσικής απόψεως, και το αλλοεθνές (επανάληψη του ήχου ‘βαρ’ που δεν σημαίνει τίποτε στα ελληνικά).

[29]‘ Θουκυδίδου Ιστορίαι’ Βιβλίο Α’ ΙΙΙ σελ. 62 , Εκδόσεις Γκοβόστη.

[30] Ch. 9, εδ..3.

[31] Ch. 14.2

[32]Ch. 16 εδ. 18

[33] Αυτός ήταν ο τρόπος σύνταξης επιγραμμάτων (: par exemple. «Παυσανίας ο Κλεομβρότου, Λακεδαιμόνιος, ελευθερώσας την Ελλάδα από των Μήδων μετά Ελλήνων των εθελησάντων ξυνάρασθαι τον κίνδυνον της μάχης». Ο Αλέξανδρος μάλιστα δεν πρόσθεσε τον όρο ‘Μακεδών, όπως ο Παυσανίας τον όρο ‘Λακεδαιμόνιος’).

[34] Ch 17. εδ. 4-5

[35]Ch. 26. εδ. 4 – 14.

[36] Ch. 26 εδ. 4-14.

[37] Ch. 33 εδ. 2.

[38]Ch. 37 εδ. 7.

[39] Ch. 47 εδ. 6.

[40] Ch. 60 εδ. 6. ‘Ω Αθηναίοι, άρα γε πιστεύσαιτ’ αν ηλίκους υπομένω κινδύνους ένεκα της παρ’ υμίν ευδοξίας?

[41] Arrien, Anabase Alexandrou, Βιβλίο Α’, 29 Εκδόσεις ‘Οι Έλληνες’ Οδυσσέα Χατζόπουλου.

[42] Arrien , Αλεξάνδρου Ανάβασις Βιβλίο Β’, 14.

[43] Arrien , Αλεξάνδρου Ανάβασις Βιβλίο Γ’, 16.

[44] Arrien , Anabase Alexandrou, Βιβλίο Γ’, 18.

[45] Anabase Alexandrou, Αρριανός Βιβλίο Δ’, 11.

[46] Anabase Alexandrou, Αρριανός Βιβλίο Ζ’, 12.

[47] Anabase Alexandrou, Αρριανός Ινδική 32.

[48]Υπάρχει και η αντίστοιχη παράθεση για τριήραρχους προερχόμενους από πόλεις της υπόλοιπης Ελλάδος.

[49] ‘΄…όχι μόνον Έλληνας δεν είναι, αλλά δεν είναι ούτε καν βάρβαρος με καταγωγή από κάποιο καλό τόπο, αλλά είναι ένας ολέθριος Μακεδόνας, από μέρος, όπου παλιότερα δεν μπορούσες να αγοράσεις ούτε δούλο της προκοπής.’ Démosthène, ‘Κατά Φιλίππου Γ΄’ 31 ‘Οι Έλληνες’ , Εκδόσεις ‘Κάκτος’. Ο Δημοσθένης κατηγορούσε και συμπολίτες του ως βαρβάρους, όταν έκρινε ότι δεν σέβονταν τις αξίες, τις αρχές και τα ιδεώδη της Ελλάδος.

[50] Démosthène, ‘Κατά Φιλίππου Γ΄’ 51 ‘Οι Έλληνες’ , Εκδόσεις ‘Κάκτος’

[51] 338 par exemple.

[52] … εις ομόνοιαν καταστήσαι τους Έλληνας … και ες την Ασίαν τον πόλεμον εξενεγκείν.

‘Προς Φίλιππον (III)’ 2 Isocrate, Αρχαίοι Συγγραφείς, Εκδόσεις Ζήτρος

[53]ούτε καλλιόνων έργων ούτ’ ωφελιμώτερον τοις Έλλησιν ούτ’ εν καιρώ μάλλον πραχθησομένων.

Προς Φίλιππον (III 3 Isocrate, Αρχαίοι Συγγραφείς, Εκδόσεις Ζήτρος

[54]Ηγού δε τόθ’ έξειν ανυπέρβλητον αυτήν και των σοί πεπραγμένων αξίαν, όταν τους μεν βαρβάρους αναγκάσης ειλωτεύειν τοις Έλλησιν … Ουδέν γαρ έσται λοιπόν έτι πλην θεόν γενέσθαι. Idem.

[55] Την ιδέα αναπτύσσει λεπτομερώς ο Ισοκράτης στον ‘Πανηγυρικό’, που δημοσιεύθηκε πολύ πριν από την προαναφερόμενη επιστολή (380 par exemple).

[56] πολύ δε προ των Τρωικών, – εκείθεν γαρ δίκαιον τας πίστεις λαμβάνειν τους υπέρ των πατρίων αμφισβητούντας… ‘Πανηγυρικός’, Isocrate, 54, ‘Οι Έλληνες’, 113 Εκδόσεις Χατζόπουλου

[57] ‘Πανηγυρικός’, Isocrate 56-57-58 ‘Οι Έλληνες’ Εκδόσεις Χατζόπουλου

[58] ‘… υπήκοον εποίησεν την Ασίαν τοις Έλλησι’ Polybe, Ιστοριών Θ’ 34.3 «Οι Έλληνες» Εκδόσεις ‘Κάκτος’

[59] ‘τότε μεν γαρ υπέρ ηγεμονίας και δόξης εφιλοτιμείσθε προς Αχαιούς και Μακεδόνας ομοφύλους… νυν δε περί δουλείας ενίσταται πόλεμος τοις Έλλησι προς αλλοφύλους’ Πολύβιος Ιστοριών Θ’ 37, Les Grecs

55 Κhaled Hosseini ‘Α Thousand Splendid Suns’, Riverhead Books, New York 2007 ΣΕΛ. 284.

Amphipolis.gr | Nous allons ne pas rester dans les archéologues mots n'ont pas même visité la colline Kasta…..

Nous allons ne pas rester dans les archéologues mots n'ont pas même visité la colline Kasta…..

archéologues controverse ,comme toujours ,pour Hephaistion et Alexander
L'inscription sur la tombe enceinte de Amphipolis causant des récriminations. Qu'est-ce que l'équipe responsable de l'archéologue, Katerina Peristeri. Qui et pourquoi ils rejettent la théorie de. A quel stade sont les enquêtes avec les os de cinq cadres;

Une vive controverse au sujet de la période chronologique et si ce sont bien les nouveaux éléments des inscriptions dans la cour de marbre du monument funéraire à la colline des castes et qui ont été présentés au discours scientifique / présentation de l'archéologue responsable, Katerina Peristeri et le groupe de recherche co, Mercredi soir à l'Université Aristote, Archéologues expriment Classique, et le professeur adjoint d'archéologie préhistorique et Osteoarchaiologias, Archéologie dans le département d'histoire de AUTH, Sevi Triantaphyllou.
La plupart parlent des informations confuses, approches archéologiques arbitraires ne peuvent pas se référer à la période hellénistique, mais pour inscription sur la cour de marbre de la tombe, qui est 2 km. loin de la tombe, qui ne doit pas être confondu avec l'occupant ou avec ce que « en secret » cache tombe grandiose.
« Jeter les théories Hephaistion », répond avec force à ce qui est devenu le mercredi après-midi, le professeur d'archéologie classique à l'Université Aristote de Thessalonique et qui, pour 36 années, il a servi dans les fouilles Vergina, Panos Faklaris. « Cependant, nous cherchons à savoir ce que les nouvelles », complète la tête du groupe scientifique des os trouvés dans la tombe, Sevi Triantaphyllou.

Mais ce répondant au côté, l'architecte en charge du monument Michael Lefantzis;

Quelles sont les nouvelles découvertes qui à nouveau l'intérêt tourné de la communauté scientifique que Amphipolis « nous oublions »;

Les résultats récents concernent principalement préciser la période dans laquelle appartient prétendument à la découverte archéologique importante de la tombe, qui, comme indiqué
dans le NOUVELLES 247 l'architecte responsable monument Michael Lefantzis par le Département de la restauration des monuments anciens à Athènes, Il est sans doute l'époque hellénistique et non romaine.

« L'important est ce. Que le monument est romain, comme se sont précipités au départ de nombreux archéologues à Pinpoint il y a des mois. La raison de venir à cette conclusion est l'inscription qui se trouvait dans la cour de la tombe, sur des morceaux de marbre et plus sans aucun doute, se référer au 4ème siècle avant JC. X. et antigonides. Ceci est certainement l'un des nombreux héros enterrement Hephaistion, car il y a beaucoup d'autres dans tout le territoire, notamment en Macédoine, Alexandrie et Chéronée ».

Les découvertes importantes (notamment architectural formule) connu des archéologues depuis quelques mois, Ils révèlent que la tombe de Amphipolis a été construit par Dinokratous ou Stisikrati après la commande et le financement d'Alexandre le Grand, pour son ami et agent de confiance, Ifaistiwna, à titre posthume, et mis en œuvre par l'Antigonos One-Eyed, le premier quart du 4 BC. siècle.

En même temps, l'équipe de recherche rapporté Monogram – timbre-poste d'agent Macedon. l'inscription « reçu IFAISTIONOS » trouvé au moins deux panneaux de construction, tandis qu'un autre fragment de marbre est l'inscription « ANT ».
comme ANT, selon les nouveaux cas, signé par tous les membres de la dynastie Antigonidon. L'inscription est probablement la « construction contrat papier » pour la réception du matériel de marbre destiné à l'ambitieux projet, probablement Memorial.

« Pendant de nombreuses années, les membres d'architecture étaient en public, à côté du lion.
Mais personne ne remarque l'inscription peu visible sur la surface de marbre », a déclaré M.. Lefantzis et continue: « Le mot reçu est écrit d'une manière, que -A et -O font référence à l'époque hellénistique. S'ils ont mentionné par exemple, à l'époque de Persée, lettres seront différentes, tel que déterminé par les principes de base de l'épigraphie ».

Όσον αφορά στον λέοντα που βρίσκεται στα 2 χλμ μακριά από το μνημείο του τύμβου, αυτός χρονολογείται στο 1936 par exemple. et « ανάλογο λέοντα μπορούμε να συναντήσουμε και στα Εκβάτανα, την περιοχή που ο έμπιστος Αξιωματικός του Μεγάλου Αλεξάνδρου, Ηφαιστίωνας πέθανε το 325 par exemple. Οπότε και για αυτό το λόγο, εξέφραζα από την πρώτη στιγμή την πεποίθηση ότι θα έρθουμε αντιμέτωποι με ευρήματα ελληνιστικής περιόδου.
Ο λέοντας όπως και όλα τα μαρμάρινα κομμάτια στον περίβολο του τάφου, μεταφέρθηκαν εκεί. Και αποτελούσαν προάγγελο για τον νεκρό ή τους νεκρούς και τη σημαντικότητα της αρχαιολογικής ανακάλυψης. Δεν βρίσκονταν εκεί από πάντα. Τη χρονολόγηση δε τεκμηριώνουν τόσο τα ευρήματά στο εσωτερικό του τάφου (σφίγγες, Καρυάτιδες, ψηφιδωτό δάπεδο) που μοιάζουν με έργα της ίδιας περιόδου που φυλάσσονται σε μουσεία εντός και εκτός της χώρας, όσο το μονόγραμμα του Μεγάλου Αλεξάνδρου στο δεύτερο θάλαμο, αλλά και οι οκτάφυλλοι ανάγλυφοι ρόδακες ».

Κατά την παρουσίαση της κας Περιστέρη, έγινε επίσης γνωστό ότι ο τύμβος έχει υποστεί πολυάριθμες λεηλασίες μέχρι τον καιρό των τελευταίων Μακεδόνων, ενώ υπογραμμίστηκε η ύπαρξη λατρευτικού χώρου εντός του μνημείου. Aussi, αποκαλύφτηκε ότι βρέθηκαν νομίσματα καμένα ή κατεστραμμένα, τα οποία πιθανώς ανήκουν στον Μέγα Αλέξανδρο ή τον Κάσσανδρο.

Κατά τον κ. Lefantzi, όπως και την κυρία Περιστέρη, δεν υπάρχει πλέον κανένα περιθώριο αμφισβήτησης ότι το μνημείο της Αμφίπολης είναι της ελληνιστικής εποχής. « Ας περιμένουν λοιπόν όσοι αντιδρούν », dit Monsieur. Λεφαντζής και καταλήγει: »Έγινε μία πρώτη επιστημονική ανακοίνωση, δεν ξέρω πότε θα έχουμε φωτογραφίες και ντοκουμέντα, ούτε πότε θα γνωρίζουμε επιπλέον πληροφορίες. Ας περιμένουμε την αρχαιολογική ζύμωση και ας μην μένουμε σε λόγια αρχαιολόγων που δεν έχουν καν επισκεφτεί τον λόφο Καστά ».

Τα ντοκουμέντα που δείχνουν Ηφαιστίωνα
Το πρώτο και σημαντικότερο στοιχείο-κλειδί είναι οι τρεις επιγραφές, που βρέθηκαν σε ισάριθμα «ορφανά» μαρμάρινα αρχιτεκτονικά μέλη, από τα περίπου 500, πολλά από τα οποία φέρεται να προέρχονται από τον περίβολο του τύμβου Καστά, αλλά βρέθηκαν τις πρώτες δεκαετίες του περασμένου αιώνα σε μια απόσταση 5-6 χιλιομέτρων δίπλα στο ποτάμι κοντά στη σημερινή θέση του Λέοντα της Αμφίπολης.

LE M. Λεφαντζής μας διευκρίνισε ότι πρόκειται για τρεις πανομοιότυπες επιγραφές, ενώ στην ομιλία της η κ. Περιστέρη έκανε λόγο για δύο ίδιες και μία τρίτη για την οποία δεν έδωσε στοιχεία, αφήνοντας ερωτηματικά.

Διακρίνεται η λέξη «ΑΡΕΛΑΒΟΝ» -λείπει το «Π»- και στην απόληξη του «Ν» υπάρχει το μονόγραμμα του Ηφαιστίωνα. Είναι λάθος αυτό που γράφτηκε ότι η επιγραφή λέει «ΠΑΡΕΛΑΒΑΝ ΗΡΩΟΝ ΗΦΑΙΣΤΙΩΝΟΣ». Η λέξη «ΗΡΩΟΝ» δεν υπάρχει. LE M. Λεφαντζής εξήγησε ότι «διακρίνονται πολύ καθαρά το Η, το Φ, το Ω, το ΑΙ. Επειδή το Η είναι μεγάλο σε μέγεθος εκτιμούμε ότι αναφέρεται σε ηρώο». Κατά την ομιλία της η Κ. Περιστέρη ανέφερε ότι «επρόκειτο για ένα συμβόλαιο παραλαβής» και η επιγραφή ερμηνεύεται ως «παρέλαβον ηρώον του Ηφαιστίωνος».

Θέλοντας μάλιστα να ενισχύει αυτή την εκτίμηση, έκανε αναφορά τους «Παράλληλους Βίους» του Πλούταρχου, όπου αναφέρεται πως «όταν ο Αλέξανδρος έχασε τον Ηφαιστίωνα, ζήτησε από τον Δεινοκράτη (Στησικράτη) να στήσει λαμπρά ηρώα σε όλη την επικράτεια». «Μπορεί να ήταν 5-6 ή και περισσότερα. Δεν ξέρουμε πόσα, αλλά σίγουρα ήταν δύο στην Αλεξάνδρεια, και ένα στα Εκβάτανα, όπου πέθανε ο Ηφαιστίωνας. Για την Αμφίπολη δεν έχουμε κάποια αναφορά στη γραμματεία», μας είπε ο Μ. Lefantzis.

Τα περίπου 500 «ορφανά» αρχιτεκτονικά μέλη μεταφέρθηκαν και βρίσκονται γύρω από τον λέοντα της Αμφίπολης από το 1937 όταν και αναστηλώθηκε το μνημείο.

Δεύτερο στοιχείο-κλειδί είναι το μονόγραμμα του Ηφαιστίωνα, που επίσης βρέθηκε στο εσωτερικό, σε ρόδακες από το επιστύλιο του δεύτερου χώρου. MS. Περιστέρη μίλησε για έναν εννιάφυλλο ρόδακα με το μονόγραμμα, le m. Λεφαντζής ωστόσο μας αποκαλύπτει ότι «βρέθηκε σε τουλάχιστον δύο ρόδακες, οι οποίοι είναι ζωγραφισμένοι με την εγκαυστική μέθοδο και χαραγμένοι. Το μονόγραμμα είναι χαραγμένο στο λευκό τμήμα στο κέντρο του ρόδακα. Οι ρόδακες αυτοί βρέθηκαν πριν από 1,5 μήνα και είναι οι πρώτοι ρόδακες από τη νότια πλευρά του επιστύλιου, ενώ δεν γνωρίζουμε εάν υπάρχουν και άλλοι, καθώς βρίσκονται σε κακή κατάσταση».

Τρίτο στοιχείο-κλειδί είναι η χάραξη του ΑΝΤ, πάνω σε περισσότερα από τρία σημεία στον περίβολο, που βρέθηκε τα προηγούμενα χρόνια και σύμφωνα με τους ανασκαφείς παραπέμπουν στη δυναστεία των Αντιγονιδών. MS. Περιστέρη ανέφερε ότι «πρόκειται για ένα τυπικό μονόγραμμα που υπάρχει σε όλη την περίοδο των Αντιγονιδών και αποδεικνύει τη χρονολόγηση του μνημείου στο τελευταίο τέταρτο του 4ου π.Χ. αιώνα». Η ανασκαφέας ήταν επιφυλακτική στο ποιος από την οικογένεια των Αντιγονιδών παρέλαβε το έργο, «πιθανόν ο Αντίγονος ο μονόφθαλμος ή κάποιο άλλο μέλος της οικογένειας», dit.

Ωστόσο ο Μ. Λεφαντζής είναι κατηγορηματικός. «Το μνημείο παρέλαβε ο στρατηγός του Μ. Alexander, Αντίγονος ο μονόφθαλμος (382-301 par exemple). Δεν θα μπορούσε να είναι ο Αντίγονος Γονατάς (319-239 par exemple), γιατί αυτή η υπόθεση θα έριχνε τη χρονολόγηση του μνημείου. Ο Αντίγονος ο μονόφθαλμος και ο Δεινοκράτης είχαν έναν κοινό σκοπό, να συνεχίσουν το όραμα του Μεγάλου Αλεξάνδρου, ο πρώτος στην πολιτική και ο δεύτερος στην αρχιτεκτονική», nous a dit.

LE M. Λεφαντζής αποκάλυψε στο «Έθνος» ότι μαρμάρινα αρχιτεκτονικά μέλη που έχουν βρεθεί κοντά στον τύμβο Καστά προέρχονται από τον Λέοντα της Αμφίπολης και είναι από τον ζωγραφικό διάκοσμο του βάθρου. Στο βάθρο του λέοντα υπήρχε ζωφόρος με μακεδονική εικονογραφία και θέμα μία νεκρική πομπή. «Τα κομμάτια αυτά μελετώνται τώρα και θα αποτελέσουν το αντικείμενο μιας επόμενης ανακοίνωσης», μας δήλωσε και, σε σχετική ερώτηση αναφορικά με τη χρονολόγησή της ζωφόρου, αφού ξεκαθάρισε ότι δεν εμπίπτει στην ειδικότητά του, εκτίμησε ότι είναι της ύστερης κλασικής ή της πρώιμης ελληνιστικής περιόδου.

Το «μήνυμα του δυαδισμού που εκπέμπουν τα ευρήματα, της σχέσης δηλαδή Αλέξανδρου και Ηφαιστίωνα» απασχόλησε ιδιαίτερα την Κ. Peristeri. Το απέδωσε στις δύο Σφίγγες, στις δύο Καρυάτιδες, στα δύο άλογα στην παράσταση της Περιστέρη. LE M. Λεφαντζής δεν υιοθετεί αυτή την άποψη. «Δεν είμαι σίγουρος ότι πρέπει να κάνουμε αυτή τη διασύνδεση. Εγώ δεν την υιοθετώ», μας είπε χαρακτηριστικά.

Έφιππος πολεμιστής στον τρίτο θάλαμο

Εντυπωσιακή σε χρώματα και παραστάσεις είναι η ζωφόρος που αποκαλύφθηκε στον τρίτο -από τους τέσσερις- χώρο του μνημείου, εκεί όπου υπάρχει το βοτσαλωτό δάπεδο με την αρπαγή της Περσεφόνης. Στην ομιλία της η Κ. Περιστέρη είπε ότι η απεικόνιση περιλαμβάνει τον ήρωα που είναι έφιππος με λεοντοκεφαλή και ένα κράνος πολεμιστή, είτε σε μάχη είτε σε αρματοδρομία με τα όπλα του (φαρέτρα και θώρακας), σημείωσε όμως ότι «πολλά κομμάτια της είναι δυσανάγνωστα».

LE M. Lefantzis, που είναι αυτός ο οποίος διάβασε και έκανε την αναπαράσταση της ζωφόρου, μας αποκάλυψε ότι η μορφή του ήρωα, τόσο ολόσωμη, όσο και προσωπογραφία, επαναλαμβάνεται αρκετές φορές. Επέμεινε ότι από τη μελέτη του προσώπου και των ρούχων του «δεν υπάρχει περίπτωση να είναι Ρωμαίος πολεμιστής, είναι σίγουρα κάποιος σπουδαίος άνθρωπος».

Από τη δυτική πλευρά της ζωφόρου ξεκινά η παρουσίαση της ζωής του, τα κατορθώματά του, οι στρατιωτικές του επιτυχίες. Μετά εμφανίζεται αφηρωισμένος, χωρίς στολή, με τον οπλισμό του στα πόδια, ενώ δύο Κένταυροι στεφανώνουν έναν ταύρο πριν τη θυσία. Ακολουθεί η λέμβος με πηδαλιούχο μία φτερωτή Νίκη στην πρύμνη και στην πλώρη, και στη μέση ένας δελφικός τρίποδας, το τρόπαιο του νεκρού που συμβολίζει τη δόξα και τον μύθο του.

Υπάρχουν επίσης οι φτερωτές μορφές του Ύπνου και του Θανάτου, αλλά και μία πομπή ιππέων που συνοδεύουν τον νεκρό.

Η ζωφόρος δεν έχει χρονολογηθεί, ωστόσο αρχαιολόγοι επισήμαναν στο «Έθνος» πως δεν υπάρχουν σε ζωφόρους της μακεδονικής εποχής επαναλήψεις του ίδιου προσώπου. «Αυτή η εικονογράφηση είναι μεταγενέστερη», έλεγαν χαρακτηριστικά.

Κι’Bien que …Απορρίπτουν τις θεωρίες περί Μεγάλου Αλεξάνδρου

« Χαμένοι στη μετάφραση » της κας Περιστέρη, δηλώνουν αρκετοί αρχαιολόγοι, μετά τις χτεσινές επιστημονικές αποκαλύψεις που κάνουν το γύρο του κόσμου.

« Πρέπει να απορρίψουμε τα σενάρια περί Ηφαιστίωνα και Μεγάλου Αλεξάνδρου. Και αυτό το είχα υποστηρίξει από την αρχή, à 13 Août, ημερομηνία ανεύρεσης του τύμβου. Δεν υπάρχει κανένα στοιχείο που να μάς οδηγεί σε τέτοια συμπεράσματα. Aussi, οι επιγραφές στις οποίες αναφέρεται η ομάδα της κας Περιστέρη, βρίσκονται στον Λέοντα, c'est-à-dire 2 km. μακριά από τον τάφο και επομένως, δεν έχουν καμία σχέση με αυτόν. Το λιοντάρι ανήκει σε άλλο τάφο, ο οποίος δεν έχει βρεθεί ακόμη », αναφέρει κατηγορηματικά στο NEWS 247 le professeur d'archéologie classique à l'Université Aristote de Thessalonique et qui, pour 36 années, il a servi dans les fouilles Vergina, Panos Faklaris.

Σχολιάζοντας το « ΠΑΡΕΛΑΒΟΝ » της επιγραφής, ο ίδιος αναφέρει: « Έχει και άλλα γράμματα δίπλα. Η επιγραφή δεν σταματάει σε αυτή τη λέξη. Και θεωρώ ότι είναι μεταγενέστερη από το ταφικό μνημείο, ίσως από Θράκες που έκαναν επιδρομή στην περιοχή. Σαφώς και το εύρημα της κας Περιστέρη είναι πολύ σημαντικό. Αλλά οι μέχρι στιγμής πληροφορίες, είναι ανυπόστατες. Πρόκειται για Μακεδονικό τάφο και όχι για μνημείο προς τιμή κάποιου. Και η επιγραφή στο λιοντάρι πρέπει να αποσυσχετιστεί από το ταφικό μνημείο ».

Ο ίδιος κάνει λόγο μάλιστα για σύγχυση ως προς τη χρονολογία στην οποία θα έπρεπε να τοποθετείται το εύρημα. « Δεν είναι στο τέλος του 4ου αιώνα, αλλά στις αρχές του 3ου αιώνα π. CH. », ενώ απορρίπτει τα σενάρια περί Αντιγόνου. « Όταν δημιουργήθηκε ο τύμβος, ο Αντίγονος είχε σκοτωθεί, οπότε τίποτα από τα μέχρι στιγμής στοιχεία δεν έχει βάση ».

Du côté de, η επικεφαλής της επιστημονικής ομάδας των οστών που βρέθηκαν πριν περίπου εννιά μήνες εντός του τύμβου Σέβη Τριανταφύλλου, rapporte que « δεν ξέρω για ποιο λόγο γίνεται κουβέντα σήμερα. Θα βρω συναδέλφους από το χώρο της Κλασικής Αρχαιολογίας, για να καταλάβω ».

Η καθηγήτρια Αρχαιολογίας στο Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Χρύσα Παλιαδέλη, μιλώντας σε τηλεοπτική εκπομπή, χαρακτήρισε « ενδιαφέρουσα πρόταση » την ανακοίνωση της επικεφαλής των αρχαιολογικών ερευνών, ότι δηλαδή ο τύμβος Καστά πιθανότατα προοριζόταν για τον Ηφαιστίωνα κατά παραγγελία του Μεγάλου Αλεξάνδρου και τόνισε: « Θα μπορούσαμε να πούμε με ασφάλεια ότι το μνημείο χρονολογείται στα τέλος του 4ου π.Χ. αιώνα ή στα πρώιμα ελληνιστικά χρόνια, όμως χρειάζεται πολλή ακόμη δουλειά μέχρι την εξαγωγή συμπερασμάτων. Για χρόνια θα συζητάμε τις προτάσεις και θα δοθούν κι άλλα στοιχεία » επεσήμανε η αρχαιολόγος.

Τα οστά μαρτυρούν τον ένοικο του τάφου;

Η επικεφαλής της επιστημονικής ομάδας των οστών που βρέθηκαν πριν περίπου εννιά μήνες εντός του τύμβου (μαζί με την Επίκουρη καθηγήτρια Χ. Papagerogopoulou) και Επίκουρη καθηγήτρια στο Τμήμα Ιστορίας και Αρχαιολογίας του Α.Π.Θ. με ειδίκευση στην οστεοαρχαιολογία, Σέβη Τριανταφύλλου επισημαίνει στο NEWS 247 qui: « Αυτό που αφορά στον τομέα μου και μπορώ να πω με βεβαιότητα είναι ότι οι έρευνες για τα οστά πάγωσαν για οικονομικούς λόγους. CE QUI, τι έπρεπε να μάθουμε, δημοσιεύτηκε τον περασμένο Ιανουάριο. Οι ηλικίες και το φύλο του καθενός από τους πέντε σκελετούς που βρέθηκαν εντός μνημείου. Η έρευνά μας ήταν κανονικά τριετής, αλλά δυστυχώς, λόγω κρίσης δεν καταφέραμε να την ολοκληρώσουμε. Ζητούμενο παραμένει η συγγένεια των πέντε ανθρώπων ».

Ωστόσο η ίδια κατέστησε σαφές ότι: « Τα οστά δεν θα μαρτυρήσουν ποτέ από μόνα τους τον ένοικο του τάφου. Το DNA δεν μπορεί να δώσει τέτοιες πληροφορίες. Και αυτό ο κόσμος πρέπει να το αντιληφθεί »

http://Hellènes-romaion.blogspot.gr

Amphipolis.gr | La conspiration de Darius

ΒΡΙΣΚΌΜΑΣΤΕ ΣΤΑ 522 par exemple. Le plus grand Empire du monde choqué par une crise dynastique qui a toutes le caractéristiques détective mystère historique. Le roi légitime est à la campagne en Égypte, et conquérir. Toujours été despotique, mais maintenant il semble sombrer dans la folie comme le meurtre membres de la famille, y compris son frère, pourquoi, peut-être pas injustement, avoir des soupçons qui conspirent contre le trône royal.
Sur le chemin du retour, Le roi reçoit un messager, qui l'informe que, en Perse, l'autorité a pris un usurpateur présenté comme roi frère. Peu de temps après le prince blessé à la jambe dans des circonstances mystérieuses et meurt bientôt d'un traumatisme. Un groupe de nobles persans conspirer pour renverser l'usurpateur. Les plans des conspirateurs réussissent et le pouvoir royal va à l'homme qui apportera l'empire perse à la hauteur de sa gloire.

Voyons comment présente l'histoire des différentes sources disponibles, avant d'essayer d'expliquer ces récits, leurs contradictions et les contrastes entre les, et, puis, de retrouver toutes les données peuvent contenir la réalité historique ou cacher ....

(J). sources

Comme le plus grand de nos achaimenidologos temps, Pierre Briand [«Histoire de l’Empire Perse (Cyrus à Alexandre)«, Fayard, Paris, 1996, ΣΕΛ. 109], l'historien qui tente de déjouer la crise dynastique 522 Cela dépend de manière presque absolue par les sources grecques de l'antiquité classique, en particulier par Hérodote.

(J). (A). Les sources grecques

(a). La version d'Hérodote: L'historien d'Halicarnasse présente le roi de Perse Cambyse comme une personne souffrant de troubles mentaux. La folie se manifeste comme ayant d'abord frère frère de la victime, le Smerdis. La colère du souverain contre son frère a, Selon Hérodote, double cause de: Tout d'abord, insulte à la personne du roi, quand son frère est le seul des Perses qui essaie de se plier et gère l'arc apporte cadeau à la règle Cambyse les Ethiopiens. Deuxièmement, que Cambyse vu dans un rêve son frère assis sur le trône royal. Ces raisons suffisent pour commander la séquence de, le Prixaspi, pour assassiner Smerdis:
« Cambyse NOT, Comme on dit l'Egypte, aftika Pourquoi l'infraction Emane, s ni frénétiques erstwhile. et de première main la mauvaise exergasato le beau-père de adelfeon Smerdin de Eonta et la mère de cette, s expulsé les Perses d'Egypte fthonῳ, cet arc de chatte soit comme la Perse pour deux doigts eiryse, Trop éthiopien ineikan l'alimentation du poisson, AL aucun autre perses OIOS te Done. Le compte de apoichomenou s s Perses vu Cambyse dans tῷ ypnῳ toiinde· edoxe annonces venu CE persan angellein comme tῷ thronῳ tῷ vasiliiῳ izomenos Smerdies tῇ kefalῇ ciel psafseie. S VOIR NO sur eoutou non Minh qui tuent le adelfeos archῃ, fait référence Persa de Prixaspea, e pas l'homme fidélité persane, apokteneonta Minh. Et le sushi des coureurs apekteine ​​Smerdin, Les premiers disent-ils extrait OP agrine, Et les prix de la mer Erythrin promouvoir katapontosai " (Hérodote, C. livre Thalia, 30, 1-3).

Le Halicarnasse énumère ensuite tous les crimes commis dans la paranoïa de Cambyse: Il tue sa sœur et la femme, ce qui pose en effet. Enterrant vivant minuit nouveau nobles Perses. Torturer l'ancien roi de Lydie, Crésus. Dans le même contexte comprend l'exécution macabres de la Royal Courts Sisamni, qui Cambyse, le juger coupable de corruption, commandes de zéro et robe en cuir sur le trône sur lequel se trouve la nouvelle cour royale (les Otanès, fils de l'exécution), alors soyez prudent doublement dans l'émission des décisions.

Certain temps, Bien que, Cambyse reste en Egypte, deux frères qui sont sorciers, dire appartiennent à la caste des prêtres Iraniens, Ils exploitent le fait que l'assassiner du frère du roi a été gardé secret. L'un d'eux, les Patizeithis élevés dans le trône royal son frère qui portait le même nom que le frère de Cambyse tué et semblait très! La nouvelle se répand et le camp Cambyse, à son retour d'Egypte, alors qu'il est en Syrie.
« Kamvysῃ pas tῷ Cyrus chronizonti Egypte homme parafronisanti epanisteatai Assistants deux adelfeoi, le kataleloipee hétéro de maisons de Cambyses. communes TUT le mathon epanesti soit la mort Smerdies comme kryptoito et est devenu, Et peu eiisan le persan cette profondeur, Et les nombreux perieonta Minh eideiisan. Dans ces consultations et ces ID a tenté vasiliioisi POUR CENT. Les États-adelfeos, Elle lui a dit la synepanastinai, même type de maison Smerdis Cyrus tῷ, le Cambyse Eonta eoutou adelfeon apekteine· UNITED de modèle similaire public tῷ Smerdis notamment Huns et toyto avait Smerdin. Evasion des hommes lisant le magicien Patizeithis comme ceux-ci toujours diaprixei, Eise les luttes vasiliion du trône. Poésie prédicateur tῇ te quoi allῃ diepempe notamment l'Egypte et de proereonta tῷ stratῷ comme Smerdies Cyrus Ecouter Lin autre assi Kamvyseo.

Les municipalités te prédicateurs ailleurs proigorefon ID notamment et les Egyptiens OP prescrits, situé gar Cambyse et l'armée Eonta Syrie Agvatanoisi, milieu de proigorefe Stas Assistant Administration EP " (Hérodote, Thalia, 61-62).

Au départ, les Achéménides occupés par le remords, il se rend compte qui avait plutôt injustement exécuté son frère, et un autre a été finalement usurpatrice. Puis, la logique prévaut et Cambyse décide de revenir le plus tôt possible à Suse pour faire face à l'usurpateur. Comme, Bien que, grimpe sur son cheval, son épée laissant son fourreau et porte gravement atteinte à la jambe.

« Enthafta akousanta Cambyse les Smerdies Huns etypse la vérité soit des mots et des rêves· Och edokee dans tῷ ypnῳ apangeilai parlent comme les Smerdies izomenos de la vasiliion le trône psafseie tῇ kefalῇ ciel. Mathon pas apololekos vain Lin le adelfeon, apeklaie Smerdin· apoklafsas brevets et periimektisas tῇ apasῃ symforῇ anathroskei fois le Hipponicus, En noῳ possédant des sushis de temps de stratefesthai du tachistin la Magon. Et le temps anathroskonti Hipponicus du revêtement xifeos Le bourbier de moule hors, gymnothen particulier l'épée paiei la cuisse ... tῷ pas encore pendage ekechristo citoyens CE erstwhile dans Agvatanoisi teleftisein La Vie. L'ancienne commune PER Midikoisi Agvatanoisi edokee teleftisein chenu, Cent dans le tout UNITED prigmata· Et l'oracle PER dans Syriῃ Agvatanoisi dire APA. A savoir que epeiromenos puis epytheto ses citoyens les Huns, Sous la catastrophe HE de Sorcier ekpepligmenos et manger esofronise, syllabe l'theopropion dit « enthafta Cambyse Cyrus Destin Dernière Esti « » (64).

Le Cambyse comprend cette fin plutôt se approche. Invite et révèle la noblesse vérité. Tuer son frère, les raisons pour lesquelles l'ont décidé, l'usurpation du pouvoir par le Sorcier (65). Cependant, séquence persane des nobles de Cambyse semblent ne pas penser à la conspiration Magi et croire plutôt que usurpatrice est le frère du roi. Suivez les paroles de haine Cambyse qu'il avait pour son frère et a estimé que son but est de faire tous les Perses à tour au cours de la seconde et de ne pas quitter le trône des Achéménides. Quelques jours plus tard, gangrène qui a causé le traumatisme se Cambyse dans le monde des morts.

« Après ces choses comme esfakelise os TE et la cuisse ISU rapidement, apineike Cambyse Cyrus, vasilefsanta HOMMES Les sept BERD, cinq mois, apaida déc plaintes Eonta ersenos et couvée femme. Persan décembre pareousi POUR CENT incroyance ypekechyto beaucoup de magiciens-être le prigmata, Mais ipisteato sur diavolῇ speak Cambyse dit sur la mort Smerdies, La fibre ekpolemothῇ son pouvoir persan " (66, 2-3).

l'usurpateur règne pendant sept mois sans encombre. Et même prendre des mesures Filolaou pour consolider son pouvoir (exonération fiscale de trois ans). Puis, Hérodote affiche Otanès, un des plus nobles de Perse, la fraude soupçonnant pseudo-Smerdies. Demande à sa fille, le Faidymi, qui était la femme de Cambyse et maintenant ce qui apparaît comme Smerdies. Elle a répondu qu'il n'a jamais vu Smerdis en personne. Le Otanès dit de demander au Atossa que, en dehors de l'épouse royale est sœur de Cambyse et Smerdies. Elle sait si elle est un frère ou un usurpateur. Le Faidymi répond qu'il ne peut pas voir le Atossa, a et situé dans les différents compartiments et le roi ne permet pas une épouse royale de voir l'autre (68). Le Otanès commence à assurer leur usurpation d'identité. Sachant que Cambyse avait puni le magicien Smerdis pour une infraction en coupant les oreilles ("Assistant de résultat Mo de Smerdies Cyrus principes Kamvyseo oreilles communes apetame OP de aitiῃ tini e smikrῇ"), Il demande à sa fille de voir le même si le « roi » a des oreilles ou non. Lorsque Faidymi donne le négatif attendu, quand il le met en pratique son plan. Invite deux autres grands seigneurs, le Aspathini et Govrya et décident de tuer l'Assistant usurpatrice. Chaque conspirateur prend pour me trouver un autre complice (C lorsque l'associé Intaferni, le Govryas le Mégabyse et Aspathinis le Ydarni). Puis apparaît à Suse, et un autre grand aristocrate perse, Darius, Sinon, pourquoi faire participant immédiatement dans le plan.

« Pas sur ces événements paraginetai s Susa Darius Ystaspeos CE persane IKON· ces gar H HN S Fr REFERENCE. Puis s apiketo, PER sur le persan et Darius edoxe prosetairisasthai " (70).

Darius acquiert un rôle de premier plan dans la conspiration. Alors que lors de la proposition de retarder la mise en œuvre du plan jusqu'à ce que vous implémentez le plan pour vous assurer de leur succès, Darius se propose de prendre immédiatement des mesures, vue qui impose (76). En effet, Darius et Govryas envahissent les appartements royaux du palais à Suse, et la première tue l'Assistant usurpatrice, tandis que le second l'immobiliser précédemment (78).

Puis, les conspirateurs consultent sur ce qu'il faut faire en matière de gouvernance de l'empire. Leur Hérodote affiche d'exprimer des opinions politiques éminemment grecque. Le Otanès supporte un républicain, comme il parle de « l'équité » dans le sens ancien du mot (c'est-à-dire. égale participation des citoyens dans les bureaux et les responsabilités de gouvernance) (80), le Mégabyse parle en tant que partisan de l'oligarchie (81), tandis que Darius appuie la préservation de l'institution de la monarchie (82). comme prévu, la vue existe Darius reste à déterminer comment le nouveau roi de choisir entre sept. La façon dont il est ... ippomanteia: Le roi sera l'un que l'aube suivante, le cheval doit d'abord hennir (84)! Darius va naturellement battre, grâce au sophisme du marié, le Oivari (85-87).

"Darius te commune Ystaspeos Bâle apededekto" (88,1).

Afin de ne pas légitimer encore son pouvoir, Darius a épousé deux filles de Cyrus, le Atossa, qui était femme et Cambyse et les faux Smerdies, et Artystoni, et Parme, fille Smerdies, son frère Cambyse, et, fysikotata, la fille de Otanès, qui a révélé l'usurpation d'identité de Sorcier, le Faidymi (88, 2).

(b). Les autres sources anciennes: Sans avoir la taille et l'élégance de l'histoire narrative fictive de Halicarnasse, et d'autres auteurs grecs font référence à la crise dynastique persane 522 ou des personnes et des faits au sujet de cette.

en Cyropédie, Xénophon ne traite pas des événements après la mort de Cyrus (si l'on peut dire que dans ce livre inspirant traite des événements d'Athènes). mais mentionne frère frère Cambyse comme Tanaoxari.

les Perses, Eschyle mentionne son frère Cambyse, qui appelle CARTES: « Cyrus décembre Pays ... cinquième déc CARTES irxen, honte patrᾳ thronoisi t'archaioisi " (773-775). Il dit régnait et caractérise la dynastie de la honte, mais ne fait aucune référence à un détournement d'un Sorcier.

Une grande référence plus large aux événements ne Ctesias, médecin-chef grec de la cour de Perse sous le règne d'Artaxerxès II (405-359). en persan, appelle Ctesias Tanyoxarki son frère Cambyse. Cause de la mort de Tanyoxarki est, quand Ktisias, la bataille féroce avec le magicien Sfendadati. L'Assistant dénonce le Tanyoxarki à Cambyse, affirmant son intention d'usurper le pouvoir royal. Le Cambyse satisfait et ordonne l'exécution de son frère. Après cela, Sfendadatis exploite la grande ressemblance avec le prince et court satrape de la Bactriane pendant cinq ans. À ce stade, montré au premier plan deux eunuques, les Artasyras et Vagapatis, qui a mis le Sfendadati le trône royal. Un troisième hongre, le Izavatis, menace de découvrir la fraude. Les conspirateurs au meurtre (persan, 10-13).

Mis à part les auteurs de l'antiquité classique, il Justin, historien romain du 3ème-4ème siècle. a.d. ((J), 9, 4-11). Et il dit que le rêve de Cambyse en Egypte, il voit son frère ... Mergos assis sur le trône royal. Le délégué Cambyse à un public de confiance, le Sorcier Comet, pour assassiner Mergos. Le Comet exécute les tâches qui lui sont confiées, mais comme entre meurt Cambyse Magus décide de relever le trône son propre frère, le Oropasti, qui a le grand mérite, bien compris, être ... un peu comme l'aspect extérieur du frère de Cambyse tué.

Parmi les différentes versions de l'histoire sont les différences que pour impressionner le nom de son frère Cambyse (Smerdies, Tanaoxaris, Tanyoxarkis, CARTES et Mergos), et l'usurpateur (Smerdies, Sfendadatis, Oropastis) ou comploteurs qui l'élèvent au trône (Patizeithis, Artasyras et Vagopatis, comète). Il y a, Bien que, quelques similitudes fondamentales, comme l'a déclaré Brian (cit, ΣΕΛ. 110-111):

- Le assassiner de son frère Cambyse, par ordre de plus de rois.

- Remplacement du prince d'un Sorcier.

- La ressemblance frappante entre l'apparence du Sorcier et le prince.

différenciation notable observé dans la séquence d'événements. Selon Hérodote les deux Smerdies de meurtre et l'usurpation du trône par le magicien avec le même nom se produit au moment de la campagne de Cambyse en Egypte. le Ctesias, Au lieu de cela, met l'assassiner du prince cinq ans avant l'usurpation. lorsque Justin, τέλος, et assassiner et usurpation après la mort de Cambyse. Apparemment, cercles de noblesse perse, mais chez les Grecs d'Asie Mineure et en Grèce continentale, devrait, dès le 5ème siècle, faire circuler des histoires au sujet de la montée en puissance de Darius, ce qui a probablement ils mélangé ou interprétés par Hérodote et successeurs.

(J). (B). La source persane: version de Darius

heureusement, nous avons une source persane et même celle du grand protagoniste, Darius. Dans la roche sculpté inscription monumentale de Behistun, le souverain perse donne sa propre version pourquoi ce qui a été trouvé sur le trône achéménide.

« Conquer Cambyse, fils de Cyrus, et avait un frère appelé Barntigia. Puis Cambyse tué Barntigia. Le assassiner n'a pas été fait connaître au peuple. Plus tard Cambyse est allé en Egypte et, puis, les gens se sont rebellés. après cela,, le mensonge régnait en Perse, aux médias et aux autres peuples. Puis quelqu'un est apparu, un magicien dont le nom était Gkaoumata. Il se révolta à Paisigiaouvanta, près du mont Arakantri, le 14e jour du mois Vigiaxna. Il a menti au peuple: « Je suis Barntigia, fils de Cyrus, son frère Cambyse. Puis, tout le peuple révolté contre Cambyse et du côté des rebelles et en Perse et dans les médias et d'autres pays. L'assistant a usurpé le pouvoir royal le 9 du mois Gkarmapanta [= 1.3.522]. Après Cambyse est mort d'une mort naturelle ...

personne, Persan ou Mède ... ne pouvait pas prendre le royaume de ses mains Gkaoumata, le magicien. Les gens le craignaient aussi. Il a tué beaucoup de ceux qui l'avaient connu Barntigia. Pourquoi les tuer: « Je ne sais pas que je ne suis pas le Barntigia, fils de Cyrus'. Personne n'a osé dire quoi que ce soit à Gkaoumata le Sorcier, jusqu'à ce que je me suis présenté ...

Avec l'aide de Ahura Mazda et quelques hommes que je tuais le magicien et ses partisans. Je l'ai tué dans la forteresse appelée Sikagiaouvati, dans la région de Nisagia, aux médias. Je pris le royaume et la puissance de Ahura Mazda, je suis devenu roi ... " (inscription de Behistun, 1colonne, 10-13).

« Voici les hommes qui étaient présents quand je tuais Gkaoumata, le magicien qui prétendait qu'il était le Barntigia. Ils ont travaillé avec moi en tant que partisans fidèles.

le Vintarna,fils Vagiaspara [= Intafernis]

le Outana, fils Thoukra [= Otanès]

le Gkaoumparouva, fils Marntounigia [= Govryas, père Mardonios]

le Vintarna, fils Bagkampinia [= Ydarnis]

le Bagkampouxa, fils Ntatouvachya [= Mégabyse]

le Arntoumanis, fils Vakaouna " (inscription de Behistun, 4colonne, 68-69).

Parmi le récit détaillé d'Hérodote et de la Déclaration de Darius le Grand assez en commun, ainsi que quelques différences essentielles.

- Darius met du temps l'assassiner de son frère Cambyse avant le départ du monarque pour la campagne égyptienne, tout en temps Halicarnasse Cambyse trouvé en Egypte.

- noms Differ. Même si l'on admet que le « Smerdies » est la translittération grecque du nom persan « Barntigia », Il reste la variation du nom de Magus usurpatrice, qui, selon Hérodote again « Smerdies », tandis que Darius Gkaoumata " (nom qui fait référence à la comète Justin, qui, Bien que, est vrai conspirateur contre Cambyse, mais il lève le trône son frère, le Oropasti).

- Le rôle de Darius même présenté et évalué différemment dans l'un et l'autre texte (Briant, cit, ΣΕΛ. 112, 120). Darius ne parle pas de complot, se réfère uniquement des partisans fidèles (qui coïncident presque parfaitement avec ceux énoncés comme conspirateurs Hérodote: La seule différence concerne la Arntoumanis, qui ne peut être identifié avec le Aspathini Hérodote). Le pouvoir royal, Darius doit à Ahura Mazda (et lui-même).

- La manière et le lieu de tuer l'usurpateur. Au lieu de tuer le palais, Darius parle de batailles et de capturer le fort dans lequel il avait fui avec ses partisans Magus.

II. Une tentative d'expliquer

Ce sont tous ces récits, en particulier celle d'Hérodote peut être conciliée avec celle de Darius; Comment beaucoup de vérité historique contient; Essayons de voir un peu plus clairement.

(a). frères adversaires: Avant de partir pour la campagne en Asie centrale, qui devait se révéler fatale pour lui, Cyrus (probablement 530) et successeur officiellement nommé le fils aîné, Cambyse. Le plus jeune fils, le Barntigia, la « compensation » le nommant satrape de Bactriane, avec le privilège même exemption de l'exécution de l'obligation hommage à son frère. (Briant, cit, ΣΕΛ. 60, 113). La préférence de Cyrus l'aîné établi depuis longtemps: déjà de la 539, Il avait nommé roi de Babylone.

L'image totalement négative de Cambyse comme indiqué dans les sources standards doivent être traités avec beaucoup de réserves. Comme l'a souligné Brian vient lieu littéraire est souvent combiné avec l'argument familier sur le déclin Persian (cit, ΣΕΛ. 60, 109). Habituellement, il y a une présentation contrapuntique de « bon » Cyrus, « Père » de l'empire, et le Cambyse despotique et fou. Typique est le placement de Cambyse despote décembre Hérodote, Cyrus père décorati ... Celui qui chalepos soit HN et de négligence, Et que ce soit doux et produits toujours emichanisato SFI " (C 'Thalia', 85, 3). Générales, tous les maux et les péchés que les sources attachent à Cambyse ne sont pas du tout certains qui correspondent à la réalité historique (Voir. par exemple. Briand, cit, ΣΕΛ. 66 et suivants., où, à partir de sources égyptiennes, l'historien tente de réfuter les allégations de destruction de Cambyse sacré).

En tout cas, inimitié entre Cambyse et Barntigia / Smerdies est un fait incontestable, et beaucoup de preuves indique que la deuxième jamais n'accepté le choix paternel: son refus (et même deux fois) se produire dans la cour royale à l'invitation de son frère, l'anecdote enregistrée par Hérodote sur l'arc du roi des Ethiopiens, etc..

(b). La grande déception (;) Darius: L'élément le plus surprenant de l'histoire est en fin de compte l'existence de l'Assistant usurpatrice, exploitant le fait que le « meurtre » du frère du roi a été maintenu caché. cet article, apparemment d'abord lui-même soulevé Darius et accepté les écrivains grecs, originaly soupçonné. Darius a tout intérêt à se présenter comme le successeur naturel du achéménide et en tant que leader de la restauration de la légitimité dynastique. Does, bien, usurpatrice Magus (Gkaoumata / Smerdies / Sfendadatis / Oropastis) Il est juste un Darius inventé, pour cacher que le vrai usurpateur du pouvoir royal (et meurtrier de son frère Cambyse et successeur le plus légitime) était-il; Cette question ils ont mis presque tous les historiens modernes et les plus spéculent que la réponse devrait être affirmative! Ceci est également la position de Pierre Briand (cit, ΣΕΛ. 112 et suivants.). La même version présente Gore Vidal dans sa création roman. En outre, incroyable ressemble le « fait » que les épouses royales et Faidymi Atossa avaient rien compris à l'assassiner de son frère Cambyse et son remplacement par un assistant usurpatrice (Briant, cit, ΣΕΛ. 112).

C'est pourquoi, s'il y avait un usurpateur du pouvoir royal sous le règne de Cambyse, il doit avoir été à l'origine de frère, le Barntigia / Smerdies. Comme nous l'avons vu, même par Hérodote (C 'Thalia', 66), séquence de nobles persans de Cambyse ont exactement cette croyance. Si l'on suit la séquence des événements dans Hérodote, Cambyse, ayant subjugué l'Egypte, obtient son ressort de retour 522. Alors que, en Syrie blessé à la jambe et la gangrène provoque la mort à peu près au début de l'été. Sur la base de la narration de Darius dans l'inscription Behistun, le Gkaoumata proclamé roi au début de Mars 522. La combinaison de ces données avec la haine qui sépare les deux frères, nous pouvons conclure que bien Barntigia révolté contre son frère. Que ce soit mais il usurpatrice, ou non, après la mort de Cambyse Barntigia / Smerdies devient successeur légal de son frère, qui est mort sans enfant.

(c). fiction littéraire; On peut considérer que le récit d'Hérodote au sujet de la conspiration des sept et la montée au trône de Darius répond à des événements historiques; trop difficile. Ils sont au nombre symbolique sept sont soupçonnés. Les divers incidents vivement (la divulgation de l'identité de l'Assistant de Faidymi, choisir le nouveau roi en utilisant ippomanteias, duper le marié de Darius) semblent constituer une preuve d'un scénario littéraire imaginatif et seulement. En ce qui concerne la consultation des Sept sur la future constitution de la Perse, Ils sont directement cueillies des débats politiques grecs (Briant, cit, ΣΕΛ. 121).

conspiration, Bien sûr, Il doit avoir été. Les participants sont tous nobles persans supérieurs qui appartenait probablement à Cambyse amis intimes et avait toutes les raisons de croire que son frère et successeur se comporteraient parfaitement l'ennemi. Les Otanes faisaient partie en effet parmi les nobles les plus importants: sa sœur, le Kassandani, épouse de Cyrus, sa fille avait épousé Faidymi Cambyse (puis le Barntigia. Darius est le fils de Hystaspe, qui, par inadvertance, Hérodote (C 'Thalia', 70) Elle se présente comme gouverneur de la Perse, mais en réalité, il était probablement satrape de Parthes pendant cette période (inscription de Behistun, 2colonne, 35/ Briant, cit, ΣΕΛ. 124), Il n'a pas accompagné Cyrus dans sa campagne dans le nord de l'Asie centrale. Darius avait déjà distingué personnellement, ayant été faretroforos Cyrus et par satellite (arshtibara) de Cambyse, il a occupé ce poste qui lui a fait premier rang parmi les nobles de la séquence roi. Bien sûr, comme si Darius essaie de se présenter comme un successeur légal, possible qu'il avait une affinité avec Cyrus et Cambyse, alors qu'il ne peut guère supposer qu'il appartenait à une branche mineure de la famille royale (Briant, cit, ΣΕΛ. 122 et suivants.). la tentative (l'inscription de Behistun) afficher un pedigree qui apporte le grand petit-fils du fondateur de la dynastie Achaimeni (personne qui n'est pas mentionnée par une source persane plus tôt) est, lorsque Brian, redéfinir la légitimité dynastique simplement sur une base exclusive dans l'intérêt de Darius.

Bien sûr, il existe une variation discrédit moral Darius d'une manière absolue. Être tenu responsable et que l'accident qui a privé la vie de Cambyse. Dans ce cas,, Darius est le conspirateur immoral standard, et Terminator légale dynastie impériale. Il ne faut pas aller jusque-là et d'accepter les deux cas de tir (sauf peut-être que nous envions la gloire et de l'imagination d'Hérodote).

D'ailleurs, empire plutôt gagné avec le changement dynastique. Darius était de prouver le monarque le plus habile: donnant non seulement le plus grand territoire (en attachant trois satrapies Indus), mais le plus important du développement économique. -À-dire injustement le caractérisait Hérodote « Monger »;

– Voir plus à: http://master-lista.blogspot.gr/2015/09/blog-post_408.html#sthash.5A2ddMUl.dpuf